Ateliers de formation
Vers une paix inclusive 2018

Ateliers de formation

Vers une paix inclusive 2018

Lors de la conférence Vers une paix inclusive 2018, vous aurez le choix de participer à différents programmes de formation destinés à vous offrir les outils indispensables à votre travail sur le terrain, ou au sein de votre organisation ou de votre communauté.

Ces formations sont offertes par différentes organisations de la société civile du monde entier. Vous aurez la possibilité de suivre une formation sur trois après-midi ou bien une formation différente chaque jour.

Vous trouverez ci-dessous une vue d’ensemble des différentes formations contenant des informations de base sur celles-ci, et leurs méthodologies diverses. Ces formations sont toutes interactives et votre voix sera entendue. Si vous avez des questions concernant ces formations, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante inclusivepeace@cauxforum.org!

 

A. Prendre soin de soi

1. Présence dans l'action : aller au-delà de ses propres conflits

2. L’éducation aux droits humains au service d’une paix inclusive

3. Méthode de la fontaine de santé

4. Café de la paix

 

B. Justice réparatrice

1. Le dialogue interreligieux: un outil pour la paix

2. Les perspectives de genre dans la consolidation de la paix: aborder l'extrémisme de manière inclusive et holistique

3. Justice réparatrice: De la théorie à la pratique

4. Des relations renouées grâce à l’éducation à l’éthique

5. Interrompre des narratives dominantes: Le racisme aux Etats-Unis

6. Cercles réparateurs: démystifier la théorie et remystifier la pratique

 

 

 

A. Prendre soin de soi

1. Présence dans l'action: aller au-delà de ses propres conflits

Formatrice: Louie Gardiner

Le besoin de changement est au cœur de toutes les discussions, mais que pouvons-nous faire concrètement ? Nous sommes souvent témoins du phénomène suivant : externaliser le problème et se reposer sur autrui pour qu’une solution soit apportée, comme si un outil pouvait apporter une solution au problème, oubliant que l’outil le plus accessible et le plus efficace n’est autre que soi-même. Potent 6 (P6) offre le cadre qui permet de mettre en lumière notre approche des choses et de la changer. Nous découvrons alors que nous sommes peut-être à notre insu les acteurs d’une forme d’extrémisme. Cette nouvelle approche de transformation humaine démontre la nécessité que le changement commence par chacun de nous. P6 n’est pas un outil simpliste utilisé par les professionnels pour apporter une solution sur un plateau. P6 offre un espace invitant avant tout à notre propre transformation.

Objectifs de cet atelier :

  • Donner aux participant-e-s les moyens de comprendre les rouages de notre mécontentement et facilité à juger, et d’initier le changement
  • Permettre aux participant-e-s de peu à peu s’identifier avec l’approche Presence-in-Action et devenir porteuses et porteurs de réconciliation, d’apaisement et d’amour dans le monde.
  • Ouvrir les yeux sur une nouvelle manière de concevoir, comprendre et appréhender la réalité dans toute sa complexité.
  • Aider les participant-e-s à découvrir et développer leur capacité à influencer et orienter le changement dans tous les aspects de leur vie.  

Louie Gardener est consultante et coach diplômée. Riche d’une très vaste expérience en coaching, elle est également membre de la Société royale des arts du Royaume-Uni. Créative et authentique. Louie Gardiner met depuis 2010 ses compétences en leadership, facilitation et formation au profit de nombreux programmes d’I&C (Conduire le changement vers un avenir durable, Confiance et intégrité dans une économie mondialisée, Vivre la paix et Graines d’inspiration). Sa compréhension globale et empathique des dynamiques et des schémas de fonctionnement propres à l’être humain prennent racine dans sa réflexion sur la vie, l’autre, et avant tout sur elle-même. Louie Gardiner fait figure de pionnière dans son domaine, et se passionne pour les approches nouvelles qui amènent une transformation aussi bien au niveau des individus que de la société.

 

 

2. L'éducation aux droits humains au service d'une paix inclusive

Formatrices: Elisa Gazzotti, Claire de Lavernette et Ilse Nol

L’exposition « Transforming Lives: The power of Human Rights Education »  a été conçue pour promouvoir l’éducation aux droits humains en touchant un public le plus large possible, y compris les personnes qui ne sont pas familières avec la thématique des droits humains. Cette exposition est un outil formidable de sensibilisation à la situation mondiale en matière d’éducation et aux défis rencontrés par les communautés. Au-delà de l’aspect informatif, elle offre un espace de rencontre et invite le public à s’engager. C’est dans cet espace que s’inscrit cet atelier qui invite les participant-e-s du monde entier à présenter leur point de vue, leur expérience, à débattre, à s’interroger sur le rôle de l’éducation pour une paix inclusive. Cet atelier est facilité par l’Organisation Internationale pour le Droit à l’Education et la Liberté d’Enseignement (OIDEL) et Soka Gakkai Internationale (SGI) de l'ONG Working Group on Human Rights Education and Learning.

Objectifs de cet atelier :

  • Mieux comprendre les applications pratiques et théoriques de l’éducation aux droits humains et savoir les employer dans son activité.
  • Promouvoir un espace de réflexion sur le développement des personnes en tant que membres responsables d’une société libre, pacifique, pluraliste et inclusive.
  • Réfléchir au sens de l’éducation comme outil de prévention de la violence, de la haine et de la discrimination, un outil capable de construire une culture de paix.   

Elisa Gazzotti est coordinatrice du programme d’enseignement des droits de l’homme du bureau de Soka Gakkai International (SGI) auprès des Nations Unies, basé à Genève, en Suisse. Elle a récemment été nommée co-présidente du groupe de travail des ONG sur l’enseignement des droits de l’homme à Genève. Elisa possède un Executive Master en droit humanitaire international dans les conflits armés de la Geneva Academy de Genève, en Suisse, et un Master en relations internationales de l’Università degli Studi di Pavia, l’Université de Pavie, en Italie. Avant de rejoindre le bureau de la SGI auprès des Nations Unies, Elisa travaillait dans le domaine de la sécurité alimentaire et de l’égalité hommes-femmes dans la région MENA, collaborant avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à Rome, en Italie, et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Amman, en Jordanie.

 

 

Claire de Lavernette, née à Paris en 1959, a fait des études de droit et a travaillé pour des entreprises privées pendant de nombreuses années avant de s’installer à Genève en 2004. Elle est depuis lors active dans le domaine des droits de l’homme, tout d’abord au sein du Mouvement mondial des mères, en tant que représentante principale auprès des Nations Unies. Ses priorités étaient la lutte contre la violence faites aux femmes et aux petites filles et également la reconnaissance du travail non rémunéré des mères à la maison, en tant que  contribution essentielle à la famille et à la société. Elle a ensuite rejoint l’OIDEL (Organisation internationale pour le droit à l’éducation et la liberté d’enseignement) en 2009, une ONG visant à promouvoir le droit à l’éducation depuis plus de 30 ans. Elle a également été la co-présidente, puis la présidente, du groupe de travail des ONG sur l’enseignement des droits de l’homme depuis 2009 et se spécialise dans cette question fondamentale, profondément convaincue que l’enseignement des droits de l’homme est un outil puissant pour construire une culture de paix.

 

Ilse Nol possède une formation en éducation, diversité religieuse et inclusion. Elle a travaillé comme professeure et formatrice aux Pays-Bas, en particulier dans les domaines de la polarisation, la discrimination et l’éducation à la citoyenneté mondiale. Après s’être installée à Genève en septembre 2017, elle est maintenant chargée de programme pour la collecte de fonds et le développement de produits pour Globethics.net, une ONG promouvant l’intégration de l’éthique dans l’enseignement supérieur. Ilse possède un master en éducation et enseignement de l’Université d’Utrecht, ainsi qu’un master en diversité religieuse, politiques et gestion de la Radboud University Nijmegen, toutes deux aux Pays-Bas.   

 

 

 

3. Méthode de la fontaine de santé

Formatrice: Sandra Crathern

Cet atelier a pour objectif une connaissance approfondie du processus de transformation personnelle en général, et plus particulièrement de la compréhension de soi et de notre rôle pour venir en aide aux autres. Reconnaître que des petits gestes peuvent avoir un grand impact, et l’importance de prendre soin de soi grâce au Health Fountain Tool créé par Innavision.

Objectif de cet atelier :

  • Donner aux participant-e-s l’opportunité d’interroger leur propre histoire en se posant les questions suivantes : « Quelle était mon expérience ? », « Que s’est-il passé ? », et « Qu’est-ce qui a changé ? ». Grâce à ces questionnements sur la transformation personnelle, et à l’honnêteté des réponses, les aspects essentiels du changement personnel seront abordés tels que l’aptitude à établir des liens, les connexions spirituelles, l’écoute active, le non jugement, l’authenticité et le respect de conceptions du monde différentes.

Sandra Crathern Crathern est une spécialiste de la santé et du bien-être appliquant des méthodes innovantes. Après avoir été infirmière pendant plus de 30 ans, Sandra Crathern a fondé Innavision, un outil permettant d’aider chacun-e à identifier quels aspects de sa vie manquent d’harmonie. De nature empathique, bienveillante et respectueuse, Sandra Crathern évalue l’équilibre de la santé aussi bien physique qu’émotionnelle des personnes qui viennent la rencontrer. En 2007, elle obtient son certificat de maître praticienne PNL spécialisée dans la santé et le bien-être. En 2016, elle obtient une accréditation ACC. Sandra Crathern est souvent invitée à donner des conférences au Champneys Health Spa, ainsi que dans des entreprises ou lors d’événements aussi bien nationaux qu’internationaux.

 

 

4. Café de la paix et le Programme Education pour la paix (PEP) 

Formateur: Stephen Hinton and Peter Boiu

L’objectif principal de cette séance est de présenter le « Peace Café » (Café de la paix) comme un outil permettant d’offrir un espace pour rassembler les individus et les organisations autour du thème de la paix, en particulier les quatre aspects de la paix encouragés par Invest in Peace. Cet atelier est centré sur l’appréciation et l’écoute de l’autre de manière holistique. Un exemple spécifique de l’utilisation des Peace Cafés dans l’éducation sera présenté, avec la présentation du Programme d’éducation pour la paix, qui a aidé des détenus et des membres de gangs à transformer leurs vies grâce à l’appréciation, la force intérieure, la prise de conscience, la clarté, la compréhension, la dignité, le choix, l’espoir et la satisfaction. Le Peace Café est un outil permettant de consolider les communautés locales en offrant un espace ouvert où les personnes peuvent être elles-mêmes, exprimer leurs idées et établir des contacts. Nous espérons qu’à travers les discussions et histoires partagées, les participant-e-s se sentiront inspiré-e-s et équipé-e-s pour créer un tel espace dans leurs communautés.

Objectifs de la séance :

  • Faire l’expérience d’un Café de la paix et des manières dont cela peut contribuer à un partage honnête, à des conversations pleines d’inspiration et à l’écoute active de différentes perspectives.
  • Apprendre comment faciliter une telle séance, tout en explorant la signification de la paix – la paix intérieure – dans leurs propres vies.
  • Identifier les meilleures manières de soutenir les autres et de coopérer les uns avec les autres en vue de construire une culture de paix.

Stephen Hinton est un facilitateur avec de nombreuses années d’expérience à son compte. Il a travaillé dans le domaine de la formation administrative avant de rejoindre Ericsson en tant que directeur de programme. Il a ensuite été le directeur général d’une entreprise de purification d’eau durable avant de rejoindre Invest in Peace qu’il a co-fondé. Selon lui, la paix commence par une expérience individuelle qui va permettre de faire la paix avec l’autre et avec la terre. Selon lui, nous avons également besoin de développer une culture de paix, avec la définition de règles et la construction de structures qui fournissent des fondations solides pour la paix. Blogueur et commentateur assidu sur le développement sociétal, il a publié plusieurs rapports et des livres blancs sur le système économique et la manière dont il pourrait être conçu différemment de façon à soutenir une culture de paix durable. Stephen dédie maintenant une partie de son temps à développer et à diriger des Cafés de la paix, utilisés comme instruments de changement, en collaboration avec des partenaires d’I&C.

Peter Boiu travaille dans le domaine de la paix depuis plus de quarante ans. Entrepreneur, il était pionnier dans la production d’aliments sains déjà à la fin des années 70. Depuis, il a organisé, facilité et dirigé d’innombrables réunions et évènements sur le thème de la paix, avec la profonde conviction que l’expérience personnelle de la paix est un point essentiel dans tout travail effectué pour la paix. Il est également thérapeute certifié en bodywork, shiatsu et Gestalt-thérapie, et utilise son expérience dans ce domaine pour faciliter le programme d’éducation pour la paix, ainsi que ses compétences en matière de motivation et d’innovation.

 

B. Programme de formation en justice réparatrice

 

1. Le dialogue interreligieux: un outil pour la paix

 

Formateur: Moise (Mike) Waltner

La participation de leaders de communautés religieuses au Dialogue Interreligieux (DI) peut avoir un rôle significatif dans la transformation des comportements, des perceptions et des relations. Mais comment transmettre les pratiques et les compétences en matière de dialogue pour transformer les comportements et les perceptions de ceux et celles présentant le plus de risques d’être affecté-e-s par la violence et l’extrémisme. Quels leaders/quelles institutions doivent participer ? Quelles méthodes et quels outils disponibles seront efficaces pour favoriser une culture de dialogue là où c’est le plus nécessaire ? Cet atelier s’inspirera des expériences du programme des fellows de KAICIID et préparera les participant-e-s à mieux comprendre le rôle des leaders religieux et du dialogue interreligieux dans la création de sociétés plus cohésives et en paix. 

Objectifs :  

  • Apprécier le rôle unique et crucial du DI et des leaders des communautés religieuses dans la création de sociétés plus cohésives et en paix. 
  • Pouvoir conceptualiser le DI comme processus.  
  • Réfléchir aux avantages et aux limites du DI.  
  • Obtenir des idées pratiques sur la manière dont les activités associées au DI sont conçues et peuvent être efficacement contextualisées dans une grande diversité d’environnements.

Moise “Mike” Waltner est directeur de programme de l’International Fellows Programme du Centre de dialogue international de Vienne (KAICIID). Formateur et directeur de programme expérimenté, il possède de nombreuses années d’expérience dans le domaine des relations interreligieuses. M. Waltner possède un BA en études religieuses de l’Université d’État de Pennsylvanie et un MDiv. de l’Union Theological Seminary de l’Université de Columbia de New York. Il était anciennement directeur des opérations du Centre interreligieux de New York. Il est également prêtre ordonné de l’Église d’Angleterre, et est actuellement vicaire honoraire de l’église anglicane de Christ Church, à Vienne.

 

 

2. Les perspectives de genre dans la consolidation de la paix: aborder l'extrémisme de manière inclusive et holistique

Formatrice: Melinda Holmes

Cet atelier interactif explorera comment aborder l’extrémisme violent de manière inclusive et holistique, et comment garantir les perspectives de genre dans la consolidation de la paix. En utilisant l’outil Better Peace Tool pour l’inclusion de l’ICAN, l’atelier offrira des conseils pratiques sur la manière d’aborder ces questions, de processus de sécurité et politiques à des processus sociétaux inclusifs. Cette approche comprend un véritable engagement de la part de divers secteurs, des médias et de la religion à l’éducation et l’économie. La méthodologie de l’ICAN consiste à utiliser des études de cas, y compris des exemples actuels de la Women’s Alliance for Security Leadership (WASL, un réseau mondial d’initiatives indépendantes dirigées par des femmes sur le terrain, avec des discussions en petits groupes et des exercices interactifs).

Objectifs de la séance :

  • Présenter l’outil Better Peace Tool, et plus particulièrement son champ d’application pour aborder l’extrémisme violent dans divers contextes.
  • Développer une activité pratique où les participant-e-s recevront un cas à examiner et à analyser, selon les principes de l’outil Better Peace Tool.
  • Développer une stratégie pour aborder l’extrémisme violent de manière inclusive et holistique, et selon l'angle des genres.

Melinda Holmes est experte en consolidation de la paix et en stratégie, et écrivaine, spécialisée dans les thèmes de la violence de genre et la violence politique. Elle est conseillère principale et directrice de programme du Réseau international d’action de la société civile (International Civil Society Action Network (ICAN)). Elle est dans ce cadre responsable de la coordination pour l’ICAN de la Women’s Alliance for Security Leadership (WASL), et le point focal de l’ICAN pour co-diriger le Global Solutions Exchange (GSX), un mécanisme dirigé par la société civile pour un dialogue structuré et continu sur la prévention de l’extrémisme violent avec des gouvernements et des organisations multilatérales. Melinda était professeure invitée du Centre pour les femmes, la paix et la sécurité de la London School of Economics (LES) pendant l’année universitaire 2016-2017. Elle a contribué sur le sujet du genre à la rédaction de la prochaine série de guides d’action sur la religion et la consolidation de la paix de l’USIP, du Salam Institute, et du Network for Religious and Traditional Peacemakers. Melinda possède un master en affaires internationales de la Fletcher School of Law and Diplomacy, spécialisé sur la dynamique de genre et la dynamique religieuse des politiques, du conflit et de la consolidation de la paix.

 

 

3. Justice réparatrice: De la théorie à la pratique

Formatrice: Thalia González

Dans le monde entier, la justice réparatrice s’avère être une approche alternative aux systèmes de justice punitive, ayant pour objectif de résoudre collectivement les problèmes, (re)former des relations et renforcer les capacités des individus et des communautés à la suite d’un conflit et des dégâts causés. Cette séance de formation invitera les participant-e-s à se joindre à un cercle de conversation afin d’explorer la façon dont la justice réparatrice pourrait faire partie d’une stratégie multiforme pour la consolidation de la paix dans une situation d’extrémisme violent. Le processus du cercle invitera les participant-e-s à interagir pour non seulement identifier les dégâts causés par l’extrémisme violent, mais également pour s’interroger de manière collective sur la façon dont la guérison pourrait être définie dans les différentes communautés.

Objectifs de la séance :

  • Identifier les principes clés de la justice réparatrice.
  • Appliquer les principes réparateurs pendant la pratique du cercle.
  • Pratiquer l’écoute et l’introspection à travers la pratique du cercle.
  • Développer de nouvelles connaissances à partir d’un modèle d’interaction participatif.
  • Explorer l’application des pratiques réparatrices dans un contexte local.

Thalia González est professeure assistante de politique à l’Occidental College et professeure invitée à la Georgetown Law. À Georgetown, elle dirige les recherches nationales sur les politiques et les pratiques de la justice réparatrice du Centre sur la pauvreté et l’inégalité. L’enseignement et les recherches de Thalia sont centrés sur la justice réparatrice, les droits civils et les droits de l’homme, le droit et la société, et les commissions de vérité aux États-Unis. Elle a publié sur la théorie et la pratique des approches restauratrices, en particulier dans le domaine de la race et du genre. En tant que chercheuse et militante, Thalia s’intéresse particulièrement au changement des systèmes et au développement des politiques. Elle offre ses conseils et son soutien à un certain nombre de projets et de programmes utilisant des approches restauratrices dans les systèmes publics et politiques, ainsi que dans des cadres communautaires. Elle intervient régulièrement dans des panels d’experts lors de conférences et en tant que commentatrice publique sur des questions légales. Avant de travailler dans le monde académique, Thalia était avocate.

 

 

4. Des relations renouées grâce à l'éducation à l'éthique

Formatrice: Maria Lucia Uribe et Eleonora Mura

Vivre ensemble représente un véritable défi éthique pour les communautés et peut entraîner des situations de violence, d’exclusion, de division, et défaire le tissu social dans un contexte qui privilégie la répression, la confrontation. L’éducation à l’éthique représente une alternative pour prévenir les polarisations et apporter une réponse positive aux défis que soulève le vivre ensemble, mais aussi pour apprendre à pardonner et à se réconcilier, tout spécialement avec les personnes exclues, celles qui ont été victimes de violence ou ont fait l’usage de violence pour imposer leur croyance et leurs idées. L’éducation éthique mise en avant par l’ONG Arigatou International favorise une approche réparatrice grâce à des modèles fondés sur des valeurs et qui favorisent les relations basées sur le respect mutuel.

Objectifs de cet atelier :

  • Identifier les défis éthiques que pose la cohabitation avec des personnes ayant été radicalisées, ainsi que la nécessité d’espaces où la rencontre avec l’autre peut se réaliser.
  • Savoir se mettre à la place de l’autre, apprendre à aller vers les autres dans un geste de réconciliation
  • Engager un dialogue empathique pour connaître les besoins des autres, poser un regard neuf sur ses propres croyances et opinions, et créer des liens.
  • Discuter des mesures qui peuvent être prises pour renouer les relations au niveau personnel ou des communautés.

Maria Lucia Uribe est directrice exécutive d’Arigatou International Geneva. Représentant Arigatou International, elle est actuellement la responsable du groupe de travail sur les enfants et la violence de Child Rights Connect. Elle a également été coordinatrice du groupe de travail sur l’éducation et la fragilité du Réseau international pour l’éducation dans des situations d’urgence (INEE). Elle a été la co-responsable du développement du programme Apprendre à vivre ensemble d’Arigatou International, lancé en collaboration avec l’UNESCO et l’UNICEF. Elle est actuellement responsable de la mise en œuvre stratégique et de l’expansion du programme Enseignement de l’éthique pour les enfants, une plateforme de connaissances et d’action comptant avec des partenaires dans plus de 30 pays. Maria Lucia possède un master en études de paix et de transformation de conflit de l’Université de Bâle, avec une spécialisation en droits économiques, sociaux et culturels, et un bachelor en relations internationales et finance obtenu en Colombie. Maria Lucia est également membre de l’Ariane de Rothschild Fellowship.

Eleonora Mura est chargée de programme pour l’Initiative pour l’enseignement de l’éthique d’Arigatou International. Elle contribue aux formations des professeur-e-s et à la mise en œuvre des programmes d’enseignement de l’éthique. Elle possède plus de 10 ans d’expérience  dans le domaine du développement durable et inclusif, travaillant avec des organisations et des ONG internationales, à la fois sur le terrain et dans leurs sièges. Avant d’être recrutée par Arigatou International Genève, Eleonora travaillait pour l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale à Stockholm, en Suède, où elle était chargée d’encourager la participation politique des jeunes et l’autonomisation de genre au niveau national et international. Elle a également travaillé dans le domaine de l’inclusion des Roms dans l’éducation primaire et tertiaire, et pour la mission de maintien de la paix des Nations Unies dans le Sahara occidental (MINURSO). Elle possède un M.A. en affaires internationales et publiques de la LUISS School of Government, et un M.A. en relations internationales, avec une spécialisation dans les droits de l’homme, de l’Université de Florence. Eleonora est d’origine italienne et parle italien, anglais, français, tchèque et espagnol.

 

5. Interrompre des narratives dominantes: Le racisme aux Etats-Unis

Formatrices: Chelsea Higgs Wise et Abigail Ballew

Cette formation fait partie du programme Vérité, guérison raciale et transformation (TRHT : Truth, Racial Healing & Transformation), une nouvelle initiative d’Initiatives et Changement USA/Espoir pour nos villes. Elle est centrée sur le récit de la vérité et le changement de discours, la construction de relations grâce à des pratiques de guérison raciale interpersonnelles, et la transformation des systèmes pour lutter contre le racisme structurel aux États-Unis. A l’ère Trump où l’extrémisme violent est en plein essor, Chelsea et Abigail présenteront le travail d’I&C USA dans le cadre de l’initiative TRHT pour créer un changement systématique à grande échelle. Nous explorerons le récit de la vérité comme outil pour lutter contre les faux discours et pour catalyser des conversations honnêtes dans les communautés.  

Objectifs de la séance :

  • Exposer les participant-e-s au contexte américain de l’ère Trump et analyser des études de cas récentes sur l’extrémisme violent
  • Identifier les opportunités de changement de discours pour lutter contre les faux discours dans les médias
  • Pratiquer le changement de discours comme un outil catalyseur pour la guérison raciale et le changement systémique

Chelsea Higgs Wise est assistante sociale et communicatrice interculturelle, spécialisée dans les relations entre les communautés peu servies et peu représentées et les décideurs politiques pour lutter contre le racisme et la misogynie. Chelsea a obtenu son master en travail social à la Virginia Commonwealth University, et est une modératrice expérimentée offrant des services de dialogue facilité autour de sujets tels que la race, l’histoire et le féminisme. En tant que militante visant à faire évoluer les discours et les politiques, Chelsea a contribué à de nombreuses campagnes et est depuis peu Chargée du changement de discours dans le cadre de l’Initiative vérité, guérison raciale et transformation de la Fondation W.K. Kellogg, mise en oeuvre par Initiatives et Changement USA. Elle contribue régulièrement au magazine RVA en tant que commentatrice politique et artistique, et est la co-présentatrice d’un programme radio. Chelsea aime les vraies connexions, les relations authentiques et créer un impact porteur de sens. Chaque jour, elle s’enrichit auprès de sa famille, ses amis et surtout sa petite fille, Chloé.

Abigail Ballew vit à Richmond, en Virginie, aux États-Unis. Elle a un master en travail social, et se spécialise dans la macro pratique et la gestion à but non lucratif. Son travail auprès d’I&C USA est centré sur la guérison raciale dans la région de Richmond. Abigail travaille avec des réfugié-e-s, des familles adoptives et biologiques, des étudiant-e-s du cycle secondaire, des adultes et des jeunes présentant des handicaps physiques, intellectuels, ou de développement. Ces sept dernières années, Abigail a assumé différents rôles dans le cadre de dialogues facilités destinés à établir de nouvelles relations et promouvoir la confiance malgré les différences, et elle supervise maintenant ces processus dans son rôle actuel à Richmond. Elle a participé au programme de promotion de la confiance dans les communautés, Community Trustbuilding Fellowship (2015-2016), d’I&C USA, ainsi qu’au programme des Caux Scholars (2017). Pendant son temps libre, elle aime voyager avec son mari et rendre visite à leurs frères et sœurs et à leurs parents qui vivent en Europe, en Afrique et en Asie.

 

6. Cercles réparateurs: démystifier la théorie et remystifier la pratique

Formatrice: Diana Tovar-Rojas

Les pratiques de justice réparatrice, en particulier les cercles réparateurs (tels que les cercles de sentence et les cercles de paix) ont transformé la violence en rétablissant et en guérissant les relations entre les victimes, les coupables et les communautés. Focalisé sur la justice réparatrice, cet atelier offre aux participant-e-s une opportunité de s’imaginer eux-mêmes comme des passerelles dynamiques entre 1) la sagesse locale et 2) les politiques nationales ou internationales visant à transformer l’extrémisme violent. En co-créant un espace de réflexion, les participant-e-s sont invité-e-s à partager leurs histoires personnelles sur la façon dont ils ont abordé l’extrémisme violent dans un cercle réparateur. En nous inspirant de la sagesse présente, nous explorerons ensemble comment les comportements radicalisés ont été transformés en témoignages de résilience et d’espoir. Nous envisagerons ensuite comment organiser les processus de justice réparatrice, qui sont ancrés dans les connaissances locales. 

Objectifs de la séance : 

  • Co-créer un espace de réflexion où les participant-e-s partagent leurs histoires personnelles sur la manière dont ils ont été témoins de la transformation de l’extrémisme violent dans un cercle réparateur, réfléchissant à la manière de concevoir des processus de justice réparatrice ancrés dans les connaissances locales

Diana Tovar-Rojas est une scientifique politique colombienne, bâtisseuse de paix, et travaillant dans le domaine de la transformation de conflit et la justice réparatrice. Elle a étudié et travaillé dans le domaine des droits de l’homme, du droit humanitaire international, et des transitions entre la guerre et la paix basées sur le dialogue et les processus de justice réparatrice. En raison du kidnapping de son père par le groupe de guérilla des FARC, son chemin personnel, professionnel et spirituel a été marqué par la recherche de processus qui transforment la violence en guérison individuelle et collective, et en paix. Elle est actuellement coordinatrice du réseau de consolidation de la paix pour le Centre pour la justice et la consolidation de la paix

 

towards_an_inclusive_peace

X