Winter Gathering, Caux
Rencontre d’hiver de Caux 2016/17: Rien n'est permanent, sauf le changement!
26 décembre 2016 - 1 janvier 2017
Vendredi, 6. janvier 2017

Rien n'est permanent, sauf le changement!

Rencontre d’hiver de Caux 2016/17
Caux Arts, Winter Gathering, Caux

 

Une majorité s’accorde à dire que la période entre Noël et Nouvel An est spéciale.  Non seulement parce que le monde se pare de bougies, de sapins de Noël et de cadeaux, mais aussi parce que c’est un temps qui semble naturellement inviter chacun d’entre nous à faire un bilan, à retrouver ce qui est important dans nos vies et à nous préparer à l’année à venir.

Dans cette période si particulière, qu’arrive-t-il lorsque 85 personnes venues de 16 pays et 4 continents différents, d’origine variée et de tous âges se réunissent pour arrêter le temps et méditer sur le changement et son impact sur leurs vies ?

L’édition 2016/17 de la rencontre d’hiver de Caux a proposé des présentations, des discussions de groupe, des projets artistiques quotidiens, de la musique, des temps calmes et des moments récréatifs tandis qu’un soleil éclatant offrait un cadre idéal avec des paysages à couper le souffle sur le lac Léman.

Le temps de réflexion et les séances plénières chaque matin donnaient le ton pour la journée, conduisant à des pistes et des sujets repris l’après-midi en  groupes communautaires. Ces groupes très animés représentaient des moments précieux pour l’ensemble des participants – adultes, adolescents et enfant – pour apprendre à connaître l’autre, travailler ensemble, partager des histoires personnelles et échanger des idées.

Nastja, Ksusha, Winter Gathering, friends, Caux

 

Il y a 2 500 ans, le philosophe grec Héraclite affirmait : « La seule constante est le changement ». Si là est la vérité, que pouvons-nous faire, en tant qu’individus, parties de la société, nations, et le monde en général ? Comment faire face à ces changements constants, que nous les voulions ou non ?

Dans des sociétés rapidement changeantes, la communication interculturelle est plus importante que jamais. Dans son discours liminaire, Sylvia Agbih (Allemagne), doctorante menant un projet de recherche sur la couverture médicale des réfugiés en Allemagne, a invité l’audience à méditer sur la question de l’identité personnelle, de l’attention aux autres et sur comment faire face au conflit entre les différents concepts de la culture au sein des sociétés dont nous faisons partie. Elle a souligné que même si la nature humaine tend à simplifier la vie afin de digérer et interpréter un trop-plein d’informations, nous pouvons apprendre à prendre du recul, réfléchir et laisser les gens raconter leur histoire pour mieux les comprendre. Sa conclusion était positive : Nous POUVONS changer !

Son mari Paul Agbih (Nigeria/Allemagne) a aussi offert une précieuse leçon de compréhension interculturelle. Il a d’abord partagé des expériences négatives vécues en tant que nigérien en Allemagne, quand il s’est interrompu lui-même pour dire : « Je ne crois pas aux histoires racontées selon un seul point de vue. Elles diabolisent l’autre et nous limitent nous-mêmes. Il est nécessaire d’avoir le point de vue opposé pour avoir un aperçu global de ce qu’il ce passe. » Il a ensuite donné des exemples de rencontres positives, laissant l’audience le sourire au visage. 

Winter Gathering, Caux, kids

 

La seconde journée abordait le changement sous un angle plus personnel, basé sur la présomption que si nous sommes tous les « enfants d’une époque », nous sommes modelé non seulement par la société mais aussi par la famille dans laquelle nous avons grandi. Ragna Reuter, un médecin originaire d’Allemagne, a confié sur la communication au sein de sa famille : «  Les mécompréhensions commencent très facilement. Il faut généralement bien plus de temps pour les résoudre. »

La séance plénière de la 3e journée s’est ouverte avec un défi : « Combien de planètes sont nécessaires pour subvenir à votre mode de vie ? » Une fois les participants ayant pris un test pour découvrir à quel point leur mode de vie actuel était réellement durable, des exemples positifs, de projets récents et d’entreprises naissantes, leur ont démontré comment des personnes ordinaires peuvent faire des choses extraordinaires  pour changer le monde dans lequel ils vivent. « Il est nécessaire d’améliorer l’information des gens concernant ce qu’ils peuvent vraiment faire pour changer les choses ! » ont souligné les animateurs Dafne Manzano (Espagne), Martin Healey (Allemagne) and Diego Vargas Diaz (Mexique)Christoph Keller (Suisse), responsable des installations du Caux Palace, a expliqué comment, selon l’engagement de CAUX-I&C en faveur du développement durable, le nouveau système de chauffage (80% bois/ 20% fioul) a permis de réduire considérablement l’empreinte carbone du bâtiment.

La 4e journée a exploré le défi de faire de la place pour permettre le changement. Les participants ont été divisés en petits groupes pour s’attaquer à une série de tâches dans différentes parties du bâtiment. Les résultats ont ensuite été « transposés » dans la vie quotidienne, comme la question « Comment savoir quand ça suffit – ou même quand c’est trop ? », utilisant l’exemple du verre vide que les participants devaient remplir d’eau les yeux bandés, sans renverser d’eau à coté ou faire déborder le verre.

Le 31 décembre, il était temps de faire un bilan du passé – et aussi penser à l’avenir. Un diaporama sur les événements principaux arrivés à travers le monde en 2016 a rappelé l’audience non seulement combien, en réalité, mais aussi à quelle vitesse, nous oublions. Cela a, par la même occasion, démontré très clairement à quel point le monde dans lequel nous vivons change tout le temps.

L’année 2016 est arrivée à sa fin avec chaque participant remettant, à un autre participant, un chapeau en papier bricolé spécialement pour lui. 85 chapeaux différents faits pour 85 personnes différentes – une manière parfaite de montrer la diversité à son apogée.

New Year's Eve, Winter Gathering, Caux,

 

 

Lauren Beckwith, Winter Gathering, Caux Lauren Beckwith (Etats-Unis), faisant des études internationales, sur sa première expérience à Caux :

« Les thèmes étaient bien et m’ont fait reconsidérer mes perspectives personnelles. J’ai beaucoup appris sur moi-même à travers mes réactions aux autres.

J’ai adoré faire partie d’une équipe. Nous servions le petit déjeuner et j’étais ravie d’être libre après ça. Mais j’ai aussi appris à être reconnaissante  envers le travail accompli par d’autres personnes dans la maison me permettant de profiter du reste de ma journée. A Caux, j’ai eu le sentiment que les gens m’écoutaient et que ce que je disais importait réellement. C’est vraiment agréable d’avoir des gens qui vous écoutent. Je me sens vraiment motivée maintenant. »

 

Marie-Christine Nibagwire, Rwanda, Winter Gathering 2016/17Marie-Christine Nibagwire (Rwanda/Royaume-Uni), pasteur de l’Eglise d’Angleterre et fondatrice de « Saferefugerwanda », est venue à Caux alors qu’elle était mère célibataire avec ses enfants :

« J’ai dû quitter le Rwanda en 1991 à cause du génocide qui m’a couté mon foyer et de nombreux membres de ma famille. Je suis venue à Caux parce que chaque année mes enfants me demandaient : « Comment cela se fait-il que nous soyons tous seuls à Noël ? Comment était Noël quand tu étais enfant au Rwanda ? » Ils devenaient si frustrés, à la longue, de ne pas avoir de membres de la famille à Noël que même un sapin de Noël ne représentait plus grande chose pour eux.

Lorsque j’ai entendu parler de Noël et de la Rencontre d’hiver à Caux, j’ai eu le préssentiment que c’était la réponse à nos prières. Nous sommes venus, avec l’espoir de faire partie de la grande famille de Caux et nos rêves se sont concrétisés. Nous étions environ 60 personnes de plus de 15 nationalités différentes. Nous avons décoré le sapin ensemble, chanté des chants de Noël, fait des jeux et échangé des cadeaux.

Mes enfants et moi sommes rentrés à la maison remplis de joie, remerciant tous ceux qui avaient organisé l’événement et tous ceux qui nous avaient ouvert leurs bras, nous donnant le sentiment de faire partie de leurs familles. »

Winter Gathering, Caux

 

Compte-rendu : Ulrike Ott Chanu

Photos : Diana Topan

 

X