Caux Forum 2018, JG, Just Governance
JGHS 2018: Guérir les mémoires : un moyen de tendre vers la sécurité humaine
La gouvernance équitable pour la sécurité humaine 2018
Dimanche, 8. juillet 2018

Guérir les mémoires : un moyen de tendre vers la sécurité humaine

La gouvernance équitable pour la sécurité humaine 2018

Les blessures infligées aux générations passées et présentes à travers le monde ne peuvent être négligées. Elles laissent des cicatrices et restent souvent non guéries, perpétuant le conflit. Plus que jamais, la guérison est nécessaire pour briser les cycles de violence et instaurer un changement mondial. Cette question était au centre de la récente conférence Gouvernance équitable pour la sécurité humain (JGHS) du Caux Forum.

 

 

Les progrès vers la sécurité humaine sont souvent limités par des attitudes et des relations établies qui manquent de dialogue et de confiance. « La guérison de la mémoire est cruciale pour la sécurité humaine », a déclaré Jonathan Rudy, conseiller principal d’Alliance for Peacebuilding. « Transformer les ennemis en amis grâce à l’amour et au pardon est un processus long et difficile pour lequel nous avons besoin de la communauté, nous avons besoin les uns des autres. C’est un travail essentiel pour rétablir toutes nos relations. » L’histoire et l’expérience de chaque personne, leur besoin d’être reconnu et entendu et leur reconnexion à ce qui a été déconnecté sont au cœur de la guérison des mémoires.

Ce besoin est apparu lors d'une conversation avec Laurent Munyandlikirwa, un réfugié rwandais basé en France. Laurent, membre de l'ethnie hutue qui a épousé une femme tutsie, a perdu sa fille lors du génocide rwandais. Il a parlé de la douleur liée à la discrimination dans le processus de guérison de la mémoire. Les Hutus estimaient qu’ils n’avaient aucun mécanisme pour se souvenir de leurs amis ou de leur famille tués dans les représailles tutsies pendant et après le génocide, ni même le droit de le faire. Son histoire a mis en évidence la nécessité de guérir la mémoire de tous les côtés du conflit. Il est souvent plus facile de catégoriser les personnes en victimes ou agresseurs, et ainsi oublier la nature multidimensionnelle des conflits.

« Comment pouvez-vous guérir la mémoire lorsque le présent est encore traumatisant ? », a demandé Rajendra Senchurey, membre de la délégation des droits des Dalits du Népal et du Bangladesh. Rajendra, un Dalit lui-même et un ardent défenseur d’une société sans castes, a expliqué que les Dalits, souvent considérés comme des « intouchables », subissent de multiples formes d’exclusion sociale, de discrimination et de pauvreté du simple fait de leur naissance. Il a souligné le besoin de redistribuer les rôles, de promouvoir la confiance dans les institutions, de mettre en place des dispositions légales contre la discrimination et d’améliorer l’éducation et les opportunités économiques. De tels actes d'inclusion sont des précurseurs de la guérison de la mémoire à un niveau systémique.

Haydee Dijkstal, une avocate internationale spécialisée dans les affaires criminelles et les droits de l'homme, a déclaré que la  guérison de la mémoire pouvait permettre de rendre justice et de rendre des comptes, que ce soit sous forme de procédures judiciaires ou de commissions de réconciliation. Les deux ont des avantages et des inconvénients. L'itinéraire choisi dépendra souvent de ce que les victimes attendent du processus - que leur histoire soit racontée ou que les auteurs assument leur responsabilité.

La douleur et le traumatisme non transformés sont transférés. Il n’existe pas d’approche « unique ». Il est essentiel que les histoires de chacun et chacune soient entendues et reconnues, que les systèmes injustes et inégaux soient mis au défi et que justice soit faite afin de guérir la mémoire, et enfin de rechercher la sécurité humaine.

 

Cliquez ici pour plus d'information sur La gouvernance équitable pour la sécurité humaine 2018.

 

Par Sarah Haynes

X