Just Governance 2017, Tulsa
Le dialogue sur les races est plus important que jamais
Gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine 2017
Vendredi, 25. août 2017

Le dialogue sur les races est plus important que jamais

De Ronak Hasani

Pour la deuxième année consécutive, 14 personnes de Tulsa, Oklahoma (États-Unis) ont participé au Caux Forum pour dialoguer sur la guérison des blessures du passé et travailler pour de meilleures relations raciales dans leur communauté, dans le cadre de la rencontre Gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine 2017.

L’histoire de la ville de Tulsa est marquée par la violence et par de nombreuses tensions raciales. En 1921, la ville a été le témoin de l'un des épisodes de violence raciale les plus atroces dans l'histoire des États-Unis. Les émeutes raciales de Tulsa ont entraîné la mort de plus de 300 personnes en deux jours, principalement des afro-américains. Plus de neuf décennies plus tard, en 2016, les noirs et les blancs de Tulsa se sont réunis à Caux pour initier un dialogue constructif.

« L'année dernière, nous ne nous connaissions pas vraiment, et une fois ici, un lien incroyable s’est créé », a déclaré Michelle Place, directrice de la société historique et du musée de Tulsa. « La magie de Caux a vraiment opéré sur nous. Lorsque nous sommes rentrés chez nous, quatre d'entre nous se sont auto-nommées les reines de Caux. Nous nous sommes retrouvées régulièrement, nous nous sommes vraiment appréciées les unes les autres et nous avons cherché ensemble des moyens de collaborer. »

Peu de temps après, les reines de Caux et les autres personnes originaires de Tulsa qui avaient été à Caux ont organisé dans leur ville un forum public sur les relations raciales, à la société historique et au musée de Tulsa. « Nous avons décidé que nous devions parler », a expliqué Michelle Place. « Caux est construit sur le dialogue. Nous devons raconter notre histoire. »

 

 

« Lorsque vous traitez l'histoire invisible - celle qu’on ignore, comme cela a été le cas à Tulsa pendant des décennies - cela nous affecte tous », a déclaré le révérend Sylvester Turner, membre de la commission de Richmond sur le circuit de l’esclavage. « Cela entretient le traumatisme qui a eu lieu. Tant que vous ne cherchez pas à identifier et à résoudre le problème, les choses ne s'amélioreront pas. »

La chose la plus puissante qui soit apparue après un dialogue dans la ville de M. Turner, Richmond, en Virginie, est qu’il est maintenant « accepté de parler de la fracture raciale dans notre communauté », a-t-il déclaré. « Ce qui était invisible avant, a été nommé et est entré dans les conversations, cela a permis d’avoir une base sur laquelle s’appuyer pour travailler sur une guérison nécessaire. »

Kimberly Ellis, qui a fait des recherches sur les relations raciales à Tulsa, a souligné l'importance de placer le cas de Tulsa dans le contexte plus large de l'idéologie de la suprématie blanche encore présente aux États-Unis. « Il y a encore beaucoup de gens atteints par cette maladie », a-t-elle déclaré. « Ils croient qu'ils sont intrinsèquement, génétiquement et culturellement supérieurs et que les noirs sont intrinsèquement, génétiquement et culturellement inférieurs. Cette idéologie se reflète dans le système juridique, social, religieux et politique des États-Unis depuis la période coloniale, jusqu’à nos jours. »

John Franklin - du Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaine (musée de la Smithsonian Institution situé à Washington) – était l’un des initiateurs du dialogue de Tulsa à Caux. Il a expliqué comment la langue et le ton des débats sur les relations raciales aux États-Unis ont changé depuis l'année dernière, avec la campagne et l'élection du président Donald Trump. « L'exclusion et le racisme sont devenus acceptables maintenant », a-t-il regretté. « Nous avons besoin, plus que jamais, de promouvoir le dialogue. »

Les récents incidents aux États-Unis, comme le conflit entre les suprématistes blancs et les manifestants anti-extrême-droite à Charlottesville, en Virginie, qui s’est soldé par la mort d’une jeune femme et une douzaine de blessées, confirment plus que jamais la pertinence du dialogue pour lutter contre l'extrémisme croissant, la violence et l'intolérance.

Après sa deuxième expérience à Caux, la délégation de Tulsa s’est engagée à poursuivre le dialogue au niveau local, reconnaissant ce dernier outil comme une mesure nécessaire pour la guérison de leur communauté.

 

 

X