Intervenant-e-s
Gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine 2017

Intervenant-e-s 2017

Pierre Krähenbühl (Suisse)

Pierre KrahenbühlNommé par le Secrétaire général des Nations Unies en novembre 2013, Pierre Krähenbühl a pris ses fonctions de Commissaire général de l’UNRWA le 30 mars 2014. En tant que commissaire général, il occupe le niveau de sous-secrétaire général. Né en 1966 et de nationalité suisse, M. Krähenbühl possède 25 ans d’expérience dans le secteur humanitaire, les droits de l’homme et le développement. Avant de rejoindre l’UNRWA, il était Directeur des opérations au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) de juillet 2002 à janvier 2014, responsable de la conduite, de la gestion et de la supervision de 12 000 employés du CICR travaillant dans 80 pays. À ce poste, M. Krähenbühl supervisa directement la réponse du CICR aux conflits en Afghanistan, Iraq, Syrie, Colombie et Libye, entre autres. Il a dirigé des négociations au plus haut niveau avec les gouvernements, les forces armées et d’autres groupes pour sécuriser l’accès aux populations affectées par le conflit.

Père de trois garçons, il possède un Master en Sciences politiques et Relations internationales de l’Université de Genève. En prenant ses fonctions de Commissaire général de l’UNRWA, M. Krähenbühl a déclaré : « Les importants évènements ayant lieu dans la région ont un impact profond sur la vie des bénéficiaires de l’UNRWA qui font face à l’une des crises de protection les plus sérieuses de leur histoire. Ceci est un défi que j’aborderai avec détermination, réalisme et humilité. » Pour plus d’informations, cliquez ici.

 

Christian Picciolini (USA)

Christian PiccioliniAprès avoir quitté le mouvement skinhead américain adepte de la suprématie blanche qu’il avait contribué à établir dans les années 1980 et 1990, Christian Picciolini a obtenu un diplôme à l’Université DePaul et est devenu un entrepreneur respecté. Il a créé Goldmill Group, une agence mondiale de production multimédia, et a gagné un Emmy Award en 2016 pour son rôle dans la réalisation et la production d’une campagne publicitaire contre la haine qui a aidé plusieurs jeunes à quitter des groupes adeptes de la suprématie blanche. Il a notamment co-fondé en 2010 Life After Hate, une organisation à but non lucratif dédiée à aider les autres à obtenir les connaissances nécessaires pour mettre en œuvre des solutions à long terme afin de lutter contre le racisme et la violence extrémiste. En 2015, Christian a publié ses mémoires, Romantic Violence: Memoirs of an American Skinhead (La violence romantique : Mémoires d’un skinhead américain), où il décrit en détail sa participation au  mouvement skinhead américain adepte de la suprématie blanche.. (pilier - méta thème extrémisme et formation)

 

Haydee Dijkstal (Pays-Bas)

Haydee DijkstalHaydee Dijkstal est avocate de droit pénal international et du droit des droits de l’homme dans les tribunaux pénaux internationaux, le tribunal régional des droits de l’homme, et les tribunaux nationaux. Elle a exercé à la Cour Pénale Internationale, le Tribunal International pour l’ex-Yougoslavie, le Tribunal spécial pour le Sierra Leone et la Commission Africaine et la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, où elle représenta victimes, gouvernements, et accusés. Haydee fait actuellement partie de l’équipe juridique représentant le gouvernement des Comores et les victimes du cas concernant la « Gaza Freedom Flotilla » à la CPI. Ce travail comprend la « Alien Tort Statute, » la « Torture Victim Protection Act » et la « Foreign Sovereign Immunity Act litigation » dans les tribunaux fédéraux américains. Elle est également membre de l’équipe de défense de Abdullah Al-Senussi à la CPI, ainsi que de l’équipe de conseil juridique à la « Tivoli Gardens Committee » sur les questions internationales de droits de l'homme et de droit pénal à Kingston, en Jamaïque, et l’équipe juridique menant le procès de Saif Al-Islam Gaddafi devant la Commission africaine et la Cour africaine. Elle a fondé une association caritative au Royaume-Uni, nommée « ICL Media Review, » qui a pour mission de produire des publications sur les développements récents dans le domaine du droit international. Haydee obtint son diplôme LLM en droit public international, avec une spécialisation en droit pénal international, à l’université George Washington à Washington DC, et son doctorat en droit au collége de droit de l’université de Wyoming. Elle détient sa licence à l’état d’Illinois. (pilier : bonne gouvernance, guérison de la mémoire)

 

Susan Savage (États-Unis)

Susan SavageLa première femme maire de Tulsa, qui détient également le plus long mandat de maire de cette ville, se joindra à un groupe d’acteurs du changement de premier plan qui s’exprimeront lors de la conférence Gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine. Susan Savage est mondialement reconnue comme leader dans les domaines des relations internationales, de la gestion environnementale, du dialogue interreligieux et de la réconciliation. À Caux, elle fera partie d’une délégation d’acteurs du changement de Tulsa dont le travail sur la guérison de l’histoire et la promotion de la compréhension des questions de race aux États-Unis formera partie intégrante du programme de la conférence Gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine de 2016.

Susan Savage possède une longue expérience dans le service public et la promotion du dialogue. Durant son mandat de maire, elle a nommé plus de femmes et de minorités au sein des comités municipaux, des autorités et autres commissions qu’à tout autre moment de l’histoire de la ville. Elle a ensuite occupé le poste du  plus haut diplomate de la ville et de l’état pour les relations internationales, et a travaillé comme Secrétaire d’État. Elle était membre du cabinet du Gouverneur Henry, exerçant des fonctions de politique générale et exécutives au niveau fédéral, au niveau de l’état et au niveau local. Elle vit actuellement à Tulsa où elle est la directrice de Morton Comprehensive Health Services, le plus grand système communautaire de santé pour les soins primaires du Nord-Est de l’Oklahoma desservant le côté nord de Tulsa, et fournit des services de planification stratégique et de conseil à plusieurs organisations. (Pilier : guérison de la mémoire)

 

John Carlisle (Royaume-Uni)

John CarlisleJohn Carlisle débuta sa carrière dans l’économie par un travail de recherche sur l’industrie minière en Zambie à la fin des années soixante, destiné à identifier les écoliers noirs susceptibles de remplacer les superviseurs et responsables blancs moins instruits dans les compagnies minières de Zambie. Il a mené des recherches, conçu et dirigé une formation en négociation pour les fonctionnaires de haut rang, le UK Civil Service Top Management Programme, de 1989 à 1991. En 1991, il a établi JCP, qui est devenu le plus grand fournisseur de partenariats dans le domaine de la construction en Europe. En 2001-2002, John Carlisle était professeur et président de l’Institut Johnson and Johnson de développement du leadership de la Rhodes University, en Afrique du Sud, et professeur invité à la Sheffield Business School de 2006 à 2013. De 2011 à 2013, il a occupé divers rôles au sein du gouvernement, son rôle principal étant de lutter contre la privatisation au Royaume Uni et en Afrique. Il a, par ailleurs, été le conseiller personnel du vice-premier ministre du Royaume Uni, Nick Clegg, sur les meilleures pratiques organisationnelles, et membre de la commission chargée de la stratégie en matière de construction du gouvernement.

 

Jean-Pierre Méan (Suisse)

Jean-Pierre MéanJean-Pierre Méan est titulaire d’un doctorat en droit de l’Université de Bâle, et d’un LL.M. (Master of Laws) de la Harvard Law School. Il a également un diplôme du Collège d’Europe de Bruges et est admis au barreau suisse et canadien. Il a occupé divers postes juridique au sein d’Alcan Group en Suisse et au Canada et a travaillé comme conseiller juridique pour Landis & Gyr, un fabricant international d’équipement électrique basé en Suisse, comme responsable de la conformité pour la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement à Londres et comme conseiller juridique pour la Société Générale de Surveillance à Genève.

Il travaille actuellement dans le secteur privé, et se spécialise dans la gouvernance d’entreprise et la lutte contre la corruption, le conseil en matière de prévention de la corruption auprès des entreprises, ainsi que les audits des systèmes de gestion anti-corruption. Il est l’auteur de plusieurs publications dans le domaine du commerce international, en particulier sur la lutte contre la corruption. Il est également le président d’un groupe de travail chargé du suivi de l’application des normes. (pilier : bonne gouvernance, économie inclusive)

 

Rado Harilala Razafindrakoto (Madagascar)
Rado HarilalaRado Harilala Razafindrakoto est un spécialiste en inclusion financière au centre de Coordination Nationale pour la Finance Inclusive au sein du Ministère de la Finance et du Budget du Madagascar. Il fit partie de la « Mandela Washington Fellowship Program »  (MWF 2016) pour jeunes leaders africains (YALI). Rado obtint son diplôme en gestion publique de l’Ecole Nationale de L’administration du Madagascar (ENAM). Il détient également un Masters en Economie et un diplôme en Econométrie de l’Université d’Antananarivo (Madagascar), un diplôme en  Dépenses et Gestion Publiques de l’Ecole National de l’Administration (ENA, Paris), un diplôme en Microfinance de l’Institut Boulder de la Microfinance (Italie), un diplôme en financements des entreprises petites et moyennes de l’Institut National des Entreprises Micro, Petites, et Moyennes (NI-MSME Inde), un diplôme en Inclusion Financière de la l’Ecole Kennedy d’Education Exécutive de Harvard (Etats-Unis), et un diplôme en Gestion Publiques de l’Université d’Illinois à Urbana Champaign (Etats-Unis).

Outre son travail professionnel, il est passionnément engagé dans le service de la communauté, notamment en tant que membre du comité de l’association du diacre de sa paroisse, auditeur de l’association des anciens de la Coopération Economique Technique Indienne (ITEC), et membre du comité de l’association du YALI au Madagascar. (pilier : économie inclusive)

 

Kristin Weiss (Etats-Unis)

Kristin WeisKristin Weis est experte en développement durable et consolidation de la paix, et vise à améliorer la façon dont nous utilisons et conservons notre environnement naturel. Elle était Caux Fellow en 2014 et prépare actuellement un master en gestion des ressources à l’Université d’Akureyri dans le cadre du programme des masters en gestion côtière et marine en Islande du Nord. Ses sujets de recherche comprennent les questions associées à la mobilité humaine en zone côtière, telles que la migration environnementale et les tendances du tourisme côtier, ainsi que les réponses en matière de prévention des menaces potentielles de la stabilité internationale dues au changement climatique. Ses recherches pour sa thèse explorent comment le tourisme affecte la résilience socio-économique de la Dominique. Kristin était VIP Fellow 2015 pour la gestion des déchets et l’écotourisme en Malaisie du Nord et Startingbloc Fellow 2013 pour l’innovation sociale. Elle est la fondatrice de Roskanet, un projet destiné à promouvoir un tourisme côtier intelligent afin d’en faire profiter les communautés locales et leur environnement naturel.

Une grande partie de la migration actuelle est causée par le changement environnemental et cela va sans aucun doute continuer dans les années à venir. Kristin facilitera un atelier sur la migration environnementale lors de la conférence Gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine de cette année. Elle donnera un aperçu de la situation et parlera de ce qui peut être fait pour aider ceux qui sont obligés de partir (pilier : durabilité).

 

Aurora Martin (Roumanie)
Aurora MartinAurora Martin est conseillère principale en relations internationales pour le gouvernement et le parlement roumains (elle travaille pour l’agence nationale pour l’égalité des chances, le ministère du travail, de la famille, de la protection sociale et des personnes âgées, et le conseil national de lutte contre la discrimination).

Elle enseigne au niveau académique la bonne gouvernance, la non-discrimination, la violence culturelle et la transformation de conflit au Wilmington College, dans l’Ohio, aux États-Unis ; à l’Académie présidentielle russe de l’économie nationale et de l’administration publique, à Saint-Pétersbourg ; à l’Université de Belgrade ; à l’Université de Rome-RomaTre ; à l’Université d’État Lomonosov de Moscou ; à l’Université Khazar de Bakou ; à l’Université de Bucarest ; et enfin, à son Alma Mater, le Centre européen d’études de sécurité George C. Marshall, en Allemagne. Son travail à George C. Marshall est le point culminant de sa carrière en tant qu’étudiante où elle a entrepris des recherches révolutionnaires sur le changement des normes des États membres des Nations Unies post-guerre froide en matière de sécurité, de R2P, de gestion de conflit et ses implications pour la société civile.

En tant que membre fondateur du Partenariat euro-atlantique pour le développement durable, membre de l’Association mondiale des ONG (WANGO), elle s’est adressée à un public divers sur la résolution de conflit, la sécurité humaine, le trafic des êtres humains, la violence et l’égalité des chances.

Elle a récemment été nommée Femme de l’année 2015 en Roumanie pour son action dans la défense et la promotion des droits des femmes. Elle est rédacteur en chef de plusieurs magazines de sciences politiques et droits de l’homme, et a fondé deux magazines : RES Publica, centré sur l’égalité des chances et les questions de genre, et ProDiversitate, centré sur les droits de l’homme et la sécurité humaine. Elle est récemment devenue alumna du Département d’État des États-Unis pour le soutien à la participation civique dans les communautés minoritaires, et elle a également de l’expérience dans la formation de représentants de la fonction publique. (Pilier : bonne gouvernance, guérison de la mémoire) (pilier : bonne gouvernance, guérison de la mémoire)

 

John Franklin (Etats-Unis)

John FranklinJohn W. Franklin est le responsable principal du Bureau des affaires externes du Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaine à la Smithsonian Institution. Il se spécialise dans l’histoire et les traditions des communautés de la diaspora africaine. Son travail pour le Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaine lui permet d’étudier des histoires d’esclavage et de liberté parallèles dans toutes les Amériques, ainsi que son impact en Europe, Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie. Depuis 29 ans, il travaille dans le cadre de programmes sur les diasporas afro-américaine et africaine à la Smithsonian Institution. Il a également édité « My Life and an Era: the Autobiography of Buck Colbert Franklin » (« Ma vie et une ère : l’autobiographie de Buck Colbert Franklin ») et le film documentaire « Tutu & Franklin: A Journey Towards Peace » (« Tutu et Franklin : un voyage vers la paix ») avec son père, John Hope Franklin.

M. Franklin facilitera l’atelier Guérison de l’histoire : race et guérison  de la conférence Gouvernance équitable pour une meilleure sécurité humaine. Il est également le principal contact pour notre délégation américaine de Tulsa (Pilier : guérison de la mémoire)

 

Paul Turner (Afrique du  Sud/Etats-Unis)

Paul TurnerPaul Turner est le conseiller principal en matière de conflit de Creative Associates International. Il gère les aspects techniques de  projets et d’activités centrés sur la lutte contre l’extrémisme violent, financés par l’USAID et le Département d’État des États-Unis en Afrique et au Moyen-Orient. M. Turner exerce les fonctions de directeur technique, responsable du contrat à quantité indéterminée pour le programme « Programming Effectively Against Conflict and Extremism (PEACE) (« Plan d’action pour lutter contre le conflit et l’extrémisme ») du Bureau de gestion et d’atténuation des conflits de l’USAID, et soutient les initiatives de lutte contre l’extrémisme violent au sein de Creative. Il est également membre adjoint de la faculté, enseignant les politiques et les pratiques en matière de lutte contre l’extrémisme violent à la School for International Service de l’American University, et la gestion de conflit à l’Université du Maryland, dans le cadre d’un champ d’études secondaire en développement international et gestion de conflit.

 

Dr. Muna Ismail (Somalie/Royaume-Uni)

Muna Ismail

Le Dr. Muna Ismail est responsable de programme pour Initiatives et  Changement au Royaume-Uni. Cette scientifique et écologiste se passionne pour la restauration des terres dans les écosystèmes arides dégradés afin de promouvoir le développement de modes de vie durables dans les pays en situation de post-conflit. Au cours des deux dernières années, elle a mis au point la formation « Refugees as Rebuilders™ Training of Trainers (ToT) » pour la diaspora de la Corne de l’Afrique et d’autres régions affectées par le conflit. Cette formation est centrée sur les liens entre le dialogue pour la cohésion sociale, la gouvernance éthique et les moyens de subsistance dans une société post-conflit. Elle fait également partie d’un programme d’études pour les éducateurs adultes travaillant avec les réfugiés et les migrants, fondé par Erasmus+ Strategic Partnership.

Le Dr. Ismail a terminé ses recherches de doctorat au King’s College de Londres en 2011 et a ensuite occupé un poste d’analyste de recherche invité post-doctorat à l’École de Pharmacie de l’University College de Londres en 2012 et aux Royal Botanic Gardens de Kew en 2013-14. Elle travaille actuellement sur le développement d’un important projet sur la régénération du yeheb et sa possible domestication au Somaliland à l’aide de graines provenant des régions centrales de la Somalie. Simultanément à l’initiative du yeheb, Muna est également en train de constituer un consortium d’experts en collaboration avec des universités (à la fois au Royaume-Uni et dans la région somalienne), des ONG internationales et locales, ainsi que les Royal Botanic Gardens de Kew et l’Eden Project en Cornouailles.

 

Jean-Paul Samputu (Ruanda)

Jean-Paul Samputu

Jean-Paul Samputu est un rwandais  remarquable qui a vécu et survécu au génocide rwandais en 1994. Ses parents et ses trois frères et sœurs ont été tués par un ami d'enfance, Vincent. Il a traversé neuf années très sombres, jusqu'à ce qu'il choisisse finalement le pardon. Il a retrouvé Vincent lors d'un conseil de son village. Il lui a pardonné publiquement et ils se sont serrés dans les bras. Il est aussi chanteur et parolier et parcourt le monde avec un puissant message d'amour, de pardon et de réconciliation. Il vit actuellement au Royaume-Uni et se produit partout dans le monde.

 

 

 

 

Letlapa Mphalele (Afrique du Sud)

LETLAPA MPHAHLELELetlapa Mphanlele est l’ancien président  du Congrès pan africain (2006, 2008) et était directeur des opérations de l’APLA (Armée de libération du peuple azanien) lors de l’Apartheid, qui ordonna le massacre de la Heidelberg Tavern à Cape Town, en représailles à l’assassinat d’écoliers noirs. Letlapa est un poète et philosophe publié. Son autobiographie, « A Child of this Soil - the journey of a Freedom Fighter » (Un enfant de cette terre : le chemin d’un combattant de la liberté), raconte son histoire dans la lutte armée et l’exil. « Mantlalela - The Flood is Coming » (Mantlalela : le Déluge arrive) est un recueil de poésie poignant. Il est actuellement activement engagé dans le travail de guérison et de réconciliation avec des anciens combattants et des victimes de la violence de tous les groupes de l’Afrique du Sud post-apartheid. Il est membre fondateur de la Fondation Lyndi Fourie. Lyndi fut tuée dans une attaque qu’il ordonna en décembre 1993, 4 mois avant les premières élections démocratiques libres et équitables d’Afrique du Sud. Regardez la bande-annonce du film « Au-delà du pardon » pour en apprendre plus sur cette histoire.

 

Shalisa Hayes (Etats-Unis)

Hayes Shalisa

Shalisa Hayes est la fondatrice de la Fondation Billy Ray Shirley III à  Tacoma, dans l’État de Washington, où elle co-facilite un programme de prévention de la violence et travaille pour transformer les jeunes en jeunes philanthropes tout en les connectant aux ressources les aidant dans leurs activités quotidiennes, par exemple les études, les changements de mode de vie et les opportunités d’emploi. Défendant avec passion la sécurité et le bien-être des jeunes, elle a également mené un groupe d’adolescents à participer de manière collective dans des discussions avec divers leaders du gouvernement pour faire de la construction d’un nouveau centre communautaire ultramoderne dans l’Eastside de Tacoma une réalité. Shalisa a également fondé Mothers of Magnitude (M.O.M.) après avoir rencontré des mères qui avaient perdu leurs enfants à cause de la violence entre jeunes. Avec M.O.M., elle offre une voie de sortie au chagrin d’une mère (à partir de sa propre expérience, ayant elle-même perdu un fils adolescent dans la violence armée), tout en cherchant à inspirer et à encourager ces mères à aller de l’avant dans leur vie après une telle perte. Son mantra : « En mourant, il m’a donné un but ». Venez rejoindre Shalisa Hayes cet été. Elle partagera son histoire de « bâtisseur de paix en action » dans le cadre de notre bibliothèque humaine. Elle s’exprimera sur la guérison de la mémoire et la prévention de l’extrémisme violent.

 

Murat Sartas (Ruanda)

Murat Sartas

Basé au Rwanda, Murat Sartas travaille comme scientifique en système d'innovation au sein de l'Institut international d'agriculture tropicale (IITA), ainsi qu’au sein du Groupe des connaissances, de la technologie et de l'innovation de l’université de Wageningen (WUR). C’est un développeur de systèmes travaillant dans la recherche, le développement, les innovations, l'efficacité et le rendement en mettant l'accent sur les mesures et les analyses visant à améliorer les différents aspects des systèmes de subsistance : sécurité alimentaire, pauvreté, développement durable. Il a développé un système d'apprentissage pour la recherche agricole pour le développement (LESARD) et la  Scaling Readiness. Il participe au programme de recherche du CGIAR sur les racines, les tubercules et les bananes (RTB) ainsi qu’au projet CIALCA.

 

Matthew Neuhaus (Australie)

Matthew Neuhaus

Matthew Neuhaus est le premier secrétaire adjoint pour la division du Moyen-Orient et de l'Afrique au ministère des Affaires étrangères et du Commerce (DFAT). Il a été l'ambassadeur de l’Australie au Zimbabwe de 2011 à 2015, et aussi en RDC, au Malawi et en Zambie. Il a occupé des postes éminents au DFAT, dont celui de chef du  groupe de travail de l'engagement du Pacifique et de chef du groupe de travail sur la politique du Commonwealth Government Meeting (CHOGM). Il a été directeur de la Division des affaires politiques du Secrétariat du Commonwealth à Londres et a occupé divers postes avec le DFAT au Kenya, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, à New York, au Nigeria, Ghana, en Sierra Leone, au Sénégal et en Gambie. Il a été détaché auprès du ministère du Premier ministre et du Cabinet (conseiller principal, division internationale) 2001-2002.

 

 

Farai Maguwu (Zimbabwe)

Farai Maguwu

Farai Maguwu est le directeur fondateur du Centre de gouvernance des ressources naturelles (CNRG), une organisation leader au Zimbabwe. En 2011, il a été arrêté à cause de son travail pour la défense et la promotion des droits de l'homme. Il a été détenu pendant quarante jours par le gouvernement. Plus tard cette même année, Human Rights Watch lui a décerné le prestigieux prix Alison Des Forges pour son activisme extraordinaire. Farai est doctorant à l'École des études du développement à l’université de Kwazulu Natal et possède une maîtrise en études de paix et conflits, ainsi qu’une maîtrise en paix et gouvernance.

 

 

 

David Chikvaidze (Suisse/Géorgie)

David Chikvaidze

David Chikvaidze est chef de cabinet du directeur général de l'ONU à Genève. Auparavant, il a occupé les fonctions d'agent des affaires humanitaires pour le bureau de coordination des affaires humanitaires, ainsi que celle de chef de la division des communications et des partenariats des ONG au bureau du Haut-Commissaire. Il est membre fondateur de la Fondation internationale pour les arts et l'éducation. David a un doctorat en sciences politiques.

 

 

 

Catalina Quiroz Niño (Espagne/Royaume-Uni)

Catalina Quiroz Nino

Catalina Quiro Niño est co-responsable du projet Erasmus+ « Migrants et Réfugiés en tant que bâtisseurs » dirigé par Initiatives et Changement Royaume-Uni avec la Suède, l'Espagne et la Turquie. Elle est aussi coordonnatrice et responsable de la collecte de fonds de l'Institut des affaires culturelles en Espagne. En tant que psychologue et pédagogue sociale, elle s'est spécialisée dans le développement du curriculum formel et non formel, les changements organisationnels. Son travail de doctorante repose sur le thème du développement durable et sa relation avec le modèle économique social et solidaire.

 

 

Dr Carl Stauffer (Etats-Unis)

Carl Stauffer

Carl Stauffer est professeur agrégé en études de justice et de développement au Centre pour la justice et la consolidation de la paix à l'université Eastern Mennonite. Auparavant, il était le coordinateur de l'éducation pour la paix au centre Wilgespruit Fellowship en Afrique du Sud, où il a acquis une importante expérience dans l'Afrique du Sud postapartheid en travaillant avec la Commission pour la vérité et la réconciliation, l'Accord national de paix et les comités locaux de développement. En 2001, il a participé au lancement de l'Institut africain de consolidation de la paix à Kitwe, en Zambie.

 

 

 

 

Anjum Asra Ali (Pakistan/Etats-Unis)

Anjum Ali

Anjum A. Ali est professeur d'études islamiques. Originaire du Pakistan, née aux États-Unis, elle a vécu au Moyen-Orient et aux États-Unis. Elle détient un baccalauréat en relations internationales et études culturelles françaises du collège de Wellesley, et elle organise des ateliers et formations à l'échelle nationale et internationale. Elle est diplômée en études islamiques de l'Université McGill, avec une spécialisation en droits des femmes et des enfants dans la loi islamique. Elle a également fait ses recherches sur le mariage des enfants dans la loi islamique.

 
 

 

Vanessa Adams-Harris (Etats-Unis)

Vanessa Adams Harris

Vanessa Adams-Harris a plus de 25 ans d'expérience théâtrale en tant qu'artiste, actrice, réalisatrice, facilitatrice d'atelier et dramaturge. Elle compte aussi à son actif, de la modélisation imprimée/commerciale, des apparitions nationales et internationales avec des spectacles solo primés, sur des personnages de droits civiques comme Rosa Parks - la légende d'Oklahoma - Ada Lois Sipuel-Fisher ou encore Lena May Baker. Elle a créé Theatre by Me I et II, une étude de théâtre pour les enfants afro-américains et amérindiens facilitant et favorisant la possibilité pour eux de devenir de futurs dramaturges, réalisateurs et réalisatrices, acteurs, actrices et artistes avec l'histoire du théâtre et comment les enfants peuvent et doivent être des artistes avec Le Club des garçons et des filles de club de l'Armée du Mabee-North-Tulsa, en Oklahoma.

 

 

Carol Mottet (Suisse)

Carol Mottet est conseillère principale au sein de la division de sécurité humaine du DFAE suisse. Elle travaille sur la prévention de l'extrémisme violent dans sa portée politique et opérationnelle. Auparavant, en tant qu'employée spéciale, elle a dirigé l'équipe suisse de médiation des conflits au Mali, et a également soutenu les efforts de médiation de la CEDEAO (2001-2013). Après avoir développé et dirigé le programme suisse de paix en Afrique de l'Ouest et du Centre entre 2006-2009, basé à Berne, elle a assumé le rôle de conseillère de haut niveau pour la médiation de la paix et de la politique de paix en Afrique avec l'ambassade de Suisse au Sénégal.

 

Ziad Fouad Saab (Liban)

Ziad Fouad Saab est le président des Combattants pour la paix en Liban.

 

 

Conseillère supplémentaire

Aleksandra Shymina (Royaume-Uni)

Aleksandra Shymina

Aleksandra Shymina est actuellement responsable des connaissances pour Initiatives et Changement Royaume-Uni à Londres. Au cours des dernières années, elle a participé à la mise en place et à la réalisation de projets et d'événements en Europe, y compris à Caux. Sa passion et son dévouement pour aider les gens à trouver la paix dans leur vie l'ont amenée à se perfectionner  en tant que praticienne dans les Constellations systémiques. Elle a été formée au Royaume-Uni et au Mexique par des enseignants de renommée mondiale et a vu ses clients avoir des résultats étonnants dans leur vie quotidienne.

Aleksandra sera disponible tout au long de l'événement pour des formations « constellations » individuelles et de groupe parallèlement au programme. Ces formations mettent en perspectives les relations, la santé, le travail et la prise de décision, car elle explore les histoires et les expériences individuelles, bonnes ou mauvaises. Constellations offre une nouvelle perspective sur les problèmes qui pourraient vous empêcher de vivre la paix. Consultez un ou une membre du comité exécutif ou prenez contact avec Aleksandra pour en savoir plus.

 

 

caux_green

X