Caux Forum, AEUB
Ateliers de formations
Pour relancer une Europe inachevée 2018

Ateliers de formations 2018

  1. Bâtir la confiance dans un monde aux multiples visages: Histoire, identité et recherche d'équité
  2. Renforcer ses capacités democratiques
  3. La pleine confiance à travers le jeu
  4. Explorer une culture de paix à travers le changement personnel et le bien-être
  5. Raconter une nouvelle histoire - Questionner les identités
  6. Heart-centred approaches to the refugee crisis
  7. Communication non-violente: Une approche par le dialogue
  8. Le conseil philosophique: Une nouvelle approche de l'inclusion sociale
  9. Migrant-e-s et réfugié-e-s face à la reconstruction

 

 

1.  Bâtir la confiance dans un monde aux multiples visages: Histoire, identité et recherche d'équité

Formateur et formatrice : Rob Corcoran et Ebony Walden

Aller au-delà de conceptions erronées liées à des thématiques comme la hiérarchie raciale ou ethnique, la xénophobie et l’exclusion, grâce à des instruments qui invitent à œuvrer pour la cohésion sociale et à reconnaître la valeur de chaque individu.

C’est ce que propose cette formation. Placées sous le signe de l’interactivité, ces sessions abordent quatre thématiques d’apprentissage et s’adressent à toutes celles et ceux qui ont à cœur d’instaurer la confiance et la cohésion sociale dans des communautés de plus en plus diversifiées.

  1. Devenir artisan-e de confiance et actrice et acteur du changement. Quel rôle avons-nous à jouer ?
  2. La capacité de l’histoire et de la mémoire à  donner du sens aux discours des communautés.
  3. Mettre en place un dialogue au service de la confiance et de l’identification d’enjeux majeurs.   
  4. Processus visant à constituer des équipes et des réseaux au-delà des différences raciales, culturelles, religieuses et politiques, au profit de communautés saines et inclusives.

Cette formation repose sur l’approche de Hope in the Cities (Espoir pour nos villes), un projet implanté depuis plus de 30 ans à Richmond (Etats-Unis) dédié au travail communautaire et reconnu au-delà des frontières. 

 

Rob Corcoran  et formateur, facilitateur et acteur de la réconciliation interraciale. Il a travaillé en Amérique du Nord, en Europe, en Australie, en Inde, en Afrique du Sud et au Brésil avec des communautés marquées par la polarisation. Rob est le fondateur de Hope in the Cities (Richmond, Etats-Unis), le programme phare d’I&C Etats-Unis. Il a également collaboré à la création d’un guide consacré au dialogue dans le cadre de l’initiative sur la diversité du Président Clinton et a joué un rôle Kellogg  « Truth, Racial healing & Transformation ». Il est l’auteur de Trustbuilding: An Honest Conversation on Race, consultatif dans le développement du projet de la fondation W.K. Reconciliation, and Responsibility (University of Virginia Press, 2010, non traduit). www.4trustbuilding.blogspot.com

Ebony Walden est formatrice et facilitatrice et possède une longue expérience en tant qu’urbaniste et bâtisseuse de communautés. Dans le cadre de son cabinet d’expertise éponyme, Ebony Walden Consulting, Ebony organise des ateliers consacrés aux thématiques des différences interraciales, de l’équité et de la création de communautés plus justes et inclusives. Elle travaille également en tant que formatrice et facilitatrice en étroite collaboration avec le projet Hope in the Cities.

 

 

 

2. Renfocer ses capacités démocratiques

Formatrices: Stefanie Schuddebeurs et Laura Reijnders

Cette formation a pour objectif d’apporter aux participant-e-s les clefs d’une compréhension approfondie de l’importance des conversations démocratiques et des processus engagés.

Ces derniers se définissant autant par le droit de s’exprimer que par celui d’être écouté-e. Comment prendre une décision qui reflète de manière juste les besoins et les intérêts d’un groupe ? Qu’est-ce que cela implique ? Cette formation ne se veut en aucun cas un espace de discussions théoriques poussées sur les différentes normes démocratiques, mais s’intéresse au contraire aux conversations démocratiques vécues au quotidien, basées sur des propos authentiques et tenant compte des intérêts de tous et toutes, ce qui constitue pour nous les bases mêmes d’une démocratie forte et durable. Cette formation aborde une approche pratique de l’art de l’écoute et de la question des rapports de force au sein d’un groupe. Elle propose également aux participant-e-s des exercices les invitant à remettre en question leurs présupposés.

Au cours de cette formation, les participant-e-s font l’expérience d’une nouvelle forme d’écoute des autres et d’eux-mêmes, et repartent avec des outils (exercices pratiques, modèles) leur permettant de mettre en œuvre, selon les besoins de chacune et chacun, un processus décisionnel résolument démocratique, qu’il s’agisse par exemple de travailler en groupe ou de définir à plusieurs les paramètres d’un projet.

 

Stefanie Schuddebeurs est diplômée en psychologie sociale et en anthropologie et également titulaire d’un Master en études de conflits et droits de la personne humaine. Entrepreneuse sociale, elle a fondé en 2014 la première Listening Academy des Pays-Bas dont l’objectif est de faciliter le dialogue au sein de parties prenantes du gouvernement néerlandais, à l’échelle locale ou nationale ; mais aussi de renforcer la capacité des individus à développer l’écoute empathique, qu’il s’agisse d’étudiant-e-s ou de professionnel-le-s. Depuis 2017, Stefanie coopère régulièrement avec la ville de Florence (Italie) pour la mise en place de processus participatifs visant à résoudre des problématiques urbaines. Avant de devenir entrepreneuse, Stefanie a travaillé comme conseillère politique auprès du Ministre néerlandais de la justice et de la sécurité, ainsi que pour le ministère de l’intérieur sur des sujets tels que les politiques antidiscriminatoires, le renouveau démocratique ou encore le développement d’une participation citoyenne active au cœur des processus démocratiques. Stefanie collabore régulièrement avec I&C Pays-Bas où elle encadre des formations d’écoute et a rejoint l’équipe de cartographie participative.

Laura Reijnders est une professionnelle de la communication et facilitatrice et  possède une grande expérience en anthropologie organisationnelle. Laura travaille à temps partiel pour I&C Pays-Bas où elle est en charge de la communication, plus particulièrement des thématiques de modes de vie durables, de sécurité alimentaire et d’énergie. En tant que formatrice et facilitatrice indépendante, il lui tient à cœur d’être une source d’inspiration pour les étudiant-e-s et jeunes professionnel-le-s qu’elle rencontre, ainsi que de leur transmettre les capacités indispensables à leur développement personnel. Son travail s’articule principalement autour de thématiques comme la compréhension approfondie des présupposés, convictions et valeurs qui forgent nos référentiels.

 

 

3. La pleine conscience à travers le jeu

Formateurs: Txema Perez et Lana Biba

Txema Perez et Lana Biba (de 2theatre / Ecole du théâtre physique de Londres) proposent une formation intitulée « La pleine conscience à travers le jeu », au cours de laquelle ils partageront une méthode visant à favoriser la cohésion sociale en Europe.

Ils utiliseront des outils inspirés du « théâtre plateforme », du mime, de la composition des personnages et du travail sur la voix. La formation combinera de manière ludique pleine conscience et techniques théâtrales. Tout en travaillant sur la sensibilité et l'empathie, nous verrons comment un petit changement individuel peut impulser une nouvelle dynamique de groupe.

« Théâtre plateforme » : Un groupe d'acteurs et d’actrices, dans un espace de jeu confiné, raconte une histoire épique. Il s’agit de créer une pièce ou un film dans leur version la plus concentrée. Cette approche de la « plateforme » permet de mieux comprendre la structure dramatique d'une œuvre et exige une grande coopération de la part des comédien-ne-s.

Techniques de mime : Nous verrons ici comment le total contrôle de son corps et la qualité d’un mouvement peuvent captiver une audience pendant une performance publique. Il s'agira d’explorer en profondeur les techniques de mime comme « le point fixe » ou « rendre visible l’invisible ». Ces techniques ont notamment été mises au point par les français de Marcel Marceau au Mime moderne – véritables références du genre.

 

Txema Perez est co-fondateur de la compagnie internationale 2theatre et de l’Ecole du théâtre physique de Londres. C’est au Pays Basque, d’où il est originaire, qu’il s’est formé à la méthode Stanislavsky. Il a ensuite fréquenté l'Actors Studio de Los Angeles avant d’emménager à Londres en 2008 pour y suivre une formation de deux ans à LISPA. C’est là qu’il décidera finalement de poser ses valises. Il compte à son actif plusieurs rôles notables à la télévision et au cinéma en Espagne et au Royaume-Uni (Ugly Betty, Benidorm), des rôles principaux lors de tournées mondiales de pièces de théâtre physique et un numéro de clown en binôme pour le Cirque du Soleil. Il est par ailleurs titulaire d’un Master en journalisme et communication et a travaillé en tant que présentateur et reporter à la télévision espagnole. Il a enfin organisé des ateliers à destination d’étudiant-e-s en théâtre et animé des sessions de coaching pour acteurs et actrices professionnels et professionnelles spécialisé-e-s en théâtre physique, mime, spectacle de marionnettes et travail à la caméra. Il a enseigné au Canada, en Inde, en Espagne, en Suède, en Suisse, au Royaume-Uni, en Ukraine et aux États-Unis.

Lana Biba est une actrice primée, metteuse en scène et professeure de théâtre physique, mime, clown, masque, danse et spectacle de marionnettes. Elle est la co-fondatrice de 2theatre et de l’Ecole de théâtre physique de Londres. Elle a suivi des formations aux techniques de mime à Paris techniques Marcel Marceau), ainsi qu’à LISPA (techniques Lecoq) et à l'Actors Temple (techniques Meisner) à Londres. Réalisations : artiste et enseignante au Cirque du Soleil ; actrice principale du SOAP The Show World Tour ; metteuse en scène et directrice de la Roundhouse et du New Diorama de Londres, ainsi que du Boulevardteatern de Stockholm ; participation à la série Londres, police judiciaire diffusée sur ITV. Enseignement : Royal Central School of Speech and Drama de Londres (Grande-Bretagne) ; Académie des arts dramatiques de Stockholm (Suède) ; Université nationale de théâtre, cinéma et télévision de Kiev (Ukraine) ; coach indépendante. La sagesse du corps est au cœur de son approche pédagogique et elle combine les aspects techniques du mime et de la pleine conscience avec le plaisir du théâtre physique collectif. Avec son approche globale, Lana Biba a aidé de nombreux et nombreuses artistes à se réaliser : « Je voyais mon rêve comme un point éloigné, témoigne un participant à la formation LPTS qui s’est tenue en Ukraine en 2017. Désormais, ce point est tout proche de moi et c’est un horizon infini ». www.lanabiba.com

2theatre est une compagnie théâtrale internationale, primée et basée à Londres. Elle a été fondée en 2011 par Lana Biba et Txema Perez, tous deux diplômé-e-s de l'Ecole internationale des arts du spectacle de Londres (LISPA). 2theatre aborde des thématiques universelles qui transcendent les différences culturelles. L’ambition de la compagnie est de créer un théâtre qui parvienne à toucher tous les individus, où qu’ils soient dans le monde. Parmi les réalisations les plus connues de 2theatre, on peut notamment citer : « Losing It », qui fut un succès au Festival The Fringe d’Edimbourg, ainsi que des tournées en Finlande, en Grèce, en Norvège, au Canada, en Inde, en Suède, en Espagne, en Suisse, au Royaume-Uni et aux États-Unis. L’Ecole du théâtre physique de Londres est le centre de formation de 2theatre. Elle organise des cours dans des universités étrangères et contribue régulièrement au casting du Cirque du Soleil. www.2theatre.com  /  www.physicaltheatreschool.com

 

4. Explorer une culture de paix à travers le changement personnel et le bien-être  

Formateurs : Tissione Parmar et Agata Stajar

Souvent, le changement social est centré sur les structures et les politiques sans reconnaissance du besoin de changement personnel et interpersonnel. Ces dimensions personnelle et interpersonnelle sont nécessaires pour apprendre à affronter les défis du monde, ainsi qu’à identifier les causes à l’origine de la violence et à aborder celles-ci.

En se centrant sur trois piliers, cette formation explore la manière de prévenir la violence :

Le pilier personnel

Le bien-être – Créer un équilibre dans nos vies personnelles, en tenant compte de nos besoins fondamentaux et de notre santé mentale et émotionnelle.

Le pilier interpersonnel

Établir des relations avec les autres grâce à la compréhension et à la communication, révélant notre humanité commune et créant des cultures de confiance plutôt que de peur.  

Le pilier planétaire

Être en phase avec notre objectif vis-à-vis du monde et de nos communautés, et être en phase également avec le monde naturel afin de travailler pour atteindre une vision de la paix comprenant la nature et l’environnement.

Les participant-e-s apprendront comment se connecter à eux-mêmes et aux autres comme base fondamentale pour créer des cultures de confiance et de cohésion sociale, et exploreront des outils concrets pour l’esprit et le corps, ainsi que  les émotions permettant de créer une culture de paix.

 

Tissione Parmar a dirigé des ateliers internationaux lors de diverses formations et retraites, et a travaillé  avec de jeunes bâtisseurs et bâtisseuses de paix, des ONG, des nomades numériques, des artistes, des acteurs et actrices du changement et des entrepreneurs sociaux dans plusieurs pays. Tissione est le co-fondateur de Alive Peace et a également été facilitateur pour Euforia, Recipes for Wellbeing, the Arc. Il travaille maintenant pour le programme de maintien de la paix d’UNITAR. En tant que facilitateur, il aime créer des espaces qui offrent de vraies possibilités de transformation et de compréhension, et a dirigé des ateliers dans le monde entier. Il aime explorer le lien entre le niveau personnel et le niveau politique collectif pour créer le changement social, en utilisant diverses disciplines et méthodologies, y compris : la pleine conscience (mindfulness), le travail émotionnel, l’éducation non formelle, le théâtre, la communication non violente, des groupes pour hommes, la technique « fighting monkey », le coaching de groupe, le travail esprit-corps et le bien-être. Tissione travaille actuellement également avec le Wellbeing Project qui vise à la fois à promouvoir une transformation dans le domaine du changement social, pour un environnement plus sain et favorisant le bien-être intérieur, et à catalyser le développement d’une nouvelle infrastructure afin de mieux soutenir tous ceux et celles travaillant dans ce domaine.

 Agata Stajer travaille dans l’éducation en matière des droits de l’homme depuis 2004. Elle est co-fondatrice de Alive Peace et membre du comité d’administration du Réseau des jeunes ambassadeurs de paix (Youth Peace Ambassadors Network, YPAN), dirigeant des formations internationales sur la paix et l’éducation en matière des droits de l’homme, l’égalité homme-femme, et le militantisme pour la paix. Agata a été formée dans le domaine de la consolidation de la paix dans le cadre d’un projet à long terme du Conseil de l’Europe. Ses méthodes pour la création d’espaces d’apprentissage pour les jeunes et la conception de leurs formations éducationnelles sont profondément ancrées dans l’éducation non formelle centrée sur la participation et l’apprentissage holistique et coopératif. Agata est avocate de profession, spécialisée dans les droits de l’homme. Elle travaille également, dans le cadre de la Commission des droits de l’homme de l’Association du barreau polonais, pour le développement de l’éducation en matière des droits de l’homme pour les jeunes avocats et avocates.

Alive Peace est un projet international visant à promouvoir une culture de paix à travers des ateliers, des formations et des retraites basés sur l’expérience dans toute l’Europe. Un groupe international de facilitateurs et facilitatrices spécialisés dans les domaines de la consolidation de la paix, du développement international, du bien-être et du travail des jeunes, créent des espaces consciencieusement conçus offrant des processus d’exploration, de compréhension et de transformation. Alive Peace a été co-fondé par Tissione Parmar, Agata Stajer et Laura Aldrighetti, et est basé en Suisse. www.alivepeace.org

 

5. Raconter une nouvelle histoire – Questionner les identités

Formatrices : Jean Brown et Amina Dikedi-Ajakaiye

Cette formation permet d'explorer les interactions entre les récits personnels, communautaires et mondiaux. Quelles narrations historiques sous-tendent les relations communautaires ? Quelles histoires façonnent les identités ? Mon histoire personnelle est-elle en suspens ou en construction ?

Dans un monde de plus en plus fragile et divisé, certaines histoires nous guérissent, d’autres nous font du mal. Pendant cette formation, nous serons responsables des histoires que nous racontons et nous les transformerons afin de préserver nos communautés et de promouvoir la paix. Qu'est-ce que cela impliquerait de plaider pour une nouvelle histoire – l'histoire de notre humanité partagée ?

Au cours des séances, les participants analyseront leur propre sentiment identitaire, mais ils raconteront également un aspect de leur histoire qu’ils utiliseront ensuite comme moyen de promouvoir la paix.

Nous poserons six questions :

  1. Quel est le potentiel de chaque individu à « plaider pour une nouvelle histoire » ?
  2. Dans quelle mesure parvenons-nous à nous écouter nous-mêmes, à entendre véritablement les autres et à faire de cette capacité d’écoute un instrument de guérison ?
  3. Dans quelle mesure partager son histoire permet d’approfondir les relations entre les individus et de contribuer à la construction de la paix ?
  4. Comment étudier les situations dans lesquelles nos histoires personnelles ont un pouvoir transformateur ?
  5. Comment appréhender les problématiques identitaires ?
  6. Comment vivre une humanité partagée ?

La formation contribuera à développer une nouvelle méthodologie et à identifier de nouvelles thématiques qui viendront alimenter le travail des Femmes artisans de paix.

 

Jean Brown est l'une des premières Femmes artisans de paix (COP), puisqu’elle a commencé à s’y impliquer dès 1994. Elle est à l’origine des Cercles de Femmes artisans de paix qui se sont implantés dans 50 pays ces quinze dernières années. Elle est l'auteur des manuels d'animation et de formation des COP et, plus récemment, elle a animé la conférence organisée à l’occasion du 25ème anniversaire de la création des Femmes artisans de paix. Jean Brown a travaillé à plein temps pour Initiatives et Changement pendant plus de 50 ans. Dans ce cadre, elle a passé de nombreuses années en Inde et aux États-Unis, où elle a lancé des projets innovants tels qu’Action for life, un programme de leadership destiné aux jeunes. Elle a également soutenu des tentatives de réconciliation au Sud-Soudan. Jean Brown vit aujourd’hui en Australie où, avec sa famille, elle participe activement à des initiatives communautaires. Elle conseille et accompagne régulièrement des femmes du monde entier.

 

L’engagement d’Amina Dikedi-Ajakaiye auprès d’I&C remonte à 1982. Alors qu’elle est enseignante, Amina Dikedi-Ajakaiye effectue une reconversion professionnelle pour créer une entreprise de mode à Lagos, tout en poursuivant son engagement bénévole pour I&C. En 2000, elle organise avec le groupe de coordination international d’I&C des programmes internationaux panafricains sur le leadership éthique à travers toute l’Afrique. En 2013, elle devient cheffe de projet de l’initiative pour la paix et la réconciliation au Soudan du Sud. De 1994 à 2013, Amina Dikedi-Ajakaiye est coordinatrice internationale du programme Femmes Artisans de la Paix, puis devient membre du conseil d’I&C Nigeria et membre du groupe de coordination d’I&C pour l’Afrique (ACG) de 2007 à 2010. Amina Dikedi-Ajakaiye est actuellement la présidente de Femmes Artisans de Paix. Grâce à son engagement et son naturel bienveillant, Amina a su gagner la confiance et l’amitié des personnes qu’elle a rencontrées en Afrique et ailleurs : des présidents, des femmes et hommes politiques, des hauts fonctionnaires, des chefs traditionnels, des femmes et hommes d’affaires, des citoyen-ne-s…  Ces amitiés nouées au fil des années nourrissent son engagement continu dans de nombreux pays (Sierra Leone, Soudan, Soudan du Sud, Ethiopie, Zimbabwe…). Elle a également apporté pendant plus de dix ans sa collaboration au programme Agenda for Reconciliation (I&C Royaume-Uni). Amina Dikedi-Ajakaiye est mariée et vit au Royaume-Uni.

 

Approches solidaires dans la crise des réfugiés

Formatrices: Jo Winsloe Slater and Bruna Kadletz

Je ne pense pas qu’il existe une solution rapide à l’actuelle crise des réfugiés. L’humanité est en crise, et nous ne sortirons pas de cette crise sans la solidarité humaine.

                                                                                                      Zygmunt Bauman, NY Times, 2016  

Cette formation s’inspire des expériences de deux initiatives créées en réponse à la récente crise humanitaire, visant à apporter de nouvelles perspectives et à trouver de nouvelles manières d’accueillir, de soutenir et de créer une connexion entre les communautés locales émergentes et les nouveaux arrivants qui ont dû quitter leur terre natale.

Les séances seront basées sur l’expérience, faisant appel au cœur et à l’esprit, et inviteront à la participation alors que nous creuserons en profondeur ce que signifie la communauté et nous nous interrogerons sur quelle pourrait être votre propre contribution à ce problème urgent. La formation est ouverte à la fois aux bénévoles expérimenté-e-s et à ceux et celles souhaitant savoir ce qu’ils et elles peuvent faire.

Au cours de ces séances, nous explorerons :

  • Des modèles d’initiatives qui connectent et créent une communauté parmi et entre les personnes
  • Les valeurs soutenant une approche solidaire
  • La conscience et les pratiques de l’hospitalité profonde
  • Le rôle de la religion et des communautés religieuses
  • La compréhension et les outils de coordination du bénévolat comme une pratique de témoignage social dynamique
  • Les compétences en leadership et les qualités nécessaires face à des problèmes apparemment insurmontables
  • La face cachée du bénévolat et du travail humanitaire

 

Jo Winsloe Slater est la cheffe de projet de People of the Earth, un programme du Centre pour la réconciliation et la paix de St. Ethelburga, situé à Londres. Au cours de l’hiver 2015/2016, elle-même et d’autres membres du personnel de St. Ethelburga prirent l’initiative indépendante de se porter bénévoles sur l’île grecque de Lesbos, une plaque tournante pour les réfugiés cherchant asile en Europe. Le programme est né de cette émouvante expérience et offre des compétences en leadership aux jeunes adultes, ainsi que des compétences dans le domaine de l’action interreligieuse et du développement communautaire. Les deux dernières années, le programme a développé un modèle de témoignage social dynamique dans le cadre d’un bénévolat à court terme visant à soutenir les organisations travaillant avec les personnes déplacées en Europe, avec la création d’évènements sociaux dynamiques destinés aux Londoniens et aux nouveaux arrivants afin qu’ils se rencontrent au-delà des étiquettes, et dans un espace où l’on partage l’humanité de tous. Jo est coordinatrice de projets dans les domaines interreligieux, de la justice sociale et de l’assistance sociale dans le secteur non gouvernemental depuis plus de vingt ans. Elle est actuellement administratrice du Forgiveness Project.

Bruna Kadletz est membre associée du Centre pour la réconciliation et la paix de St. Ethelburga. Elle est facilitatrice et co-fondatrice de Cercles d’Hospitalité, une organisation brésilienne visant à réinstaurer une culture de paix et d’hospitalité profonde à une époque où règne la polarisation et l’intolérance vis-à-vis de l’autre. En 2009, Bruna quitta une carrière prometteuse en médecine dentaire pour chercher sa vocation et un sens à la vie. Depuis lors, son attention s’est tournée vers les crises humanitaires, qui l’ont amenée en Afrique du Sud, en Jordanie, au Liban, en Turquie, en Grèce, dans les Balkans et ailleurs. Elle possède un master en sociologie et changement global de l’Université d’Édimbourg, avec une spécialisation dans les déplacements forcés et le climat.

 

 

7. Communication non-violente: Une approche par le dialogue

Formatrices: Olena Kashkarova et Angela Starovoitova 

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins dix possibilités de ne pas se comprendre. Mais essayons quand même…

                                                                                                                               Bernard Werber

Nous avons la conviction qu’une compréhension approfondie peut être source de créativité et apporter des solutions aux différents types de conflits, qu’il s’agisse de conflits internes, de conflits entre individus ou encore d’origine sociale.

Cette formation met l’accent sur la Communication NonViolente (CNV) et l’approche par le dialogue en s’intéressant tout particulièrement aux deux points suivants :

  • Comprendre véritablement autrui. Comment faire ?
  • Comment me faire comprendre comme je le souhaite ?

Cette formation sera interactive et laissera une place majeure à l’apprentissage par l’expérience, invitant les participant-e-s à découvrir cette approche grâce à des exercices de groupe et des exemples concrets. A la fin de cette formation, le modèle de la CNV et son application au quotidien n’auront plus de secrets pour vous. Vous connaîtrez les 4 étapes qui le constituent et vous aurez découvert comment ce modèle peut contribuer à changer votre vie.

 

Olena Kashkarova s’est intéressée au dialogue et travail sur le dialogue à la suite d’une expérience personnelle touchant des interprétations divergentes de l'histoire nationale ukrainienne, ce qui l’a menée à initier un dialogue entres des personnes d’opinions politiques divergentes au moment de la révolution de Maïdan. Olena Kashkarova est co-fondatrice du réseau de facilitatrices et facilitateurs « Network of Dialogue Facilitators ». Elle a également travaillé pour le Programme des Nations Unies pour le développement en tant que spécialiste de la réconciliation et est actuellement membre du conseil d’I&C. En Ukraine, Olena Kashkarova  est facilitatrice et formatrice spécialisée dans le dialogue et la cohésion sociale. Elle se passionne pour la théorie et la pratique de la Communication NonViolente et s’intéresse aux techniques de personnification pour développer une approche intégrale du dialogue

 

 

Angela Starovoitova est passionnée par la manière dont les connexions se forment entre les individus et les communautés. Spécialisée en éducation non formelle et dans les méthodes participatives utilisant une approche individuelle pour créer un environnement sûr et de confiance qui inspire le changement personnel et avec les autres,  Angela Starovoitova  possède une longue expérience d’ampleur internationale. Durant plus de 18 années, elle a organisé et animé des ateliers, des conférences ainsi que des programmes sur des sujets tels que le leadership éthique, le développement d’un esprit critique, la résolution de conflit, les mécanismes de consolidation de la paix et d’instauration de relations de confiance. Angela est co-fondatrice de l’ONG internationale Fondations pour la Liberté/ Initiatives & Changement. Elle collabore actuellement avec le réseau de facilitatrices et facilitateurs « Network of Dialogue Facilitators », organise et anime des dialogues, des forums ainsi que d’autres types d’événements consacrés aux thématiques de la résolution des conflits et de la cohésion sociale.

 

8. Le conseil philosophique : une nouvelle approche de l’inclusion sociale

Formatrice: Cristina Bignardi

Cette formation offre un ensemble d’outils innovants indispensables pour accompagner des groupes de personnes vulnérables, et tout particulièrement les migrant-e-s, les demandeuses et demandeurs d’asile, les femmes et les mineur-e-s, et permettre de créer ainsi des liens entre ces groupes et les communautés.

Cristina Bignardi et son équipe interviennent depuis six ans en Italie auprès de migrant-e-s et ont mis au point une nouvelle approche reposant sur différentes composantes : groupes d’entraide, café philo, communautés de recherche et conseil philosophique.

Partant d’une sagesse populaire, d’une citation philosophique ou littéraire, cette approche s’appuie sur une technique d’écoute et de partage de la dimension narrative de la vie et de la situation personnelle. 

L’approche novatrice du conseil philosophique auprès de groupes vulnérables permet de découvrir une nouvelle manière de penser, une nouvelle contextualisation de sa propre vie. Cette approche se concrétise par le biais de discussions de groupe reposant sur un proverbe ou une réflexion philosophique. Les participant-e-s sont invité-e-s à engager un débat et développer une pensée critique sur des aspects de leur culture considérés souvent comme évidences, puis à échanger avec les autres participant-e-s. Cette activité favorise un mode de pensée plus créatif et positif qui aide à aller au-delà des expériences négatives et permet de retrouver l’espoir en l’avenir.

Les participant-e-s à cet atelier auront l’opportunité :

  • d’apprendre comment aborder la question de la migration, à l’instar du contexte italien
  • d’apprendre comment mener une analyse de terrain pertinente en appliquant l’approche de l’anthropologie de la santé
  • de comprendre pourquoi et comment cette méthodologie innovante peut aider les demandeuses et demandeurs d’asile à mieux appréhender la culture européenne
  • grâce à ces outils philosophique, de développer une nouvelle réflexion sur sa propre vie  

 

Cristina Bignardi, est diplômée en histoire de l’art et en philosophie. Elle a également suivi une formation en conseil philosophique et s’investit depuis 2001 auprès de migrant-e-s dans le cadre de projets axés sur le dialogue multiculturel. Cristina Bignardi a travaillé sur la prévention précoce de la psychose dans le département de psychiatrie de l’Université de Bologne, puis comme facilitatrice d’un groupe d’entraide pour demandeuses et demandeurs d’asile et réfugié-e-s. Elle s’intéresse également aux thématiques des droits de la femme et aux victimes de viols commis pendant des conflits, de la souveraineté alimentaire, de l’agriculture et du développement durable. Depuis 2012, Cristina Bignardi est la coordinatrice du programme italien de santé destiné aux femmes étrangères « Prevention has no color 2.0 » (Pace Adesso/Peace Now) et s’engage actuellement de manière active pour l’inclusion sociale.  

 

 

9. Migrant-e-s et réfugié-e-s face à la reconstruction

Formateurs: Rishab Khanna, Catalina Quiroz et Emel Topçu

« Migrant-e-s et réfugié-e-s face à la reconstruction » (Entrepreneurs interculturels et sociaux transfrontaliers, dans le cadre des partenariats KA2) est un partenariat entre des organisations du Royaume-Uni, de la Turquie, de la Suède et de l’Espagne, qui développent des réponses innovatrices en matière de formation pour venir en aide aux migrant-e-s et aux réfugié-e-s de la Corne de l’Afrique, du Moyen-Orient, du Maghreb et d’Amérique Latine.

Le projet vise à aider les éducateurs et éducatrices adultes travaillant avec des migrant-e-s et des réfugié-e-s à prendre leurs marques dans leurs nouvelles communautés, à reconstruire leurs vies et, à long terme, à contribuer au développement de leurs pays d’origine. Au cours de cette formation, nous partagerons certains des outils de notre programme, tels que la pyramide de la haine et la pyramide de l’espoir, le calendrier pour le dialogue interreligieux et la démocratie, et enfin, quelques méthodes simples d’auto-évaluation permettant aux éducateurs et éducatrices et aux facilitateurs et facilitatrices d’être plus efficaces dans leur travail avec les migrants et les réfugiés.

Conditions requises pour y participer : vous devrez poser votre candidature aux modules de formation et faire évaluer vos compétences par des membres de votre organisation et/ou d’autres personnes, en particulier des personnes travaillant directement avec des réfugiés et des migrants.

Nous souhaiterions faire un suivi de l’auto-évaluation des compétences afin d’évaluer les outils sélectionnés.

Nous aimerions également savoir si les participant-e-s sont intéressé-e-s par les possibilités de nous soumettre un projet Erasmus+ en rapport avec la santé mentale et la thérapie occupationnelle.

 

Rishab Khanna est diplômé en développement économique, en législation et gestion environnementales, ainsi qu’en droit international et diplomatie. Il est fortement engagé dans l’harmonisation du système social et écologique. Avec Initiatives et Changement Suède, Rishab a eu l’opportunité de co-créer un programme de développement en Somalie, financé par l’agence suédoise de coopération internationale pour le développement (SIDA), et a dirigé un programme de cohésion sociale dans une banlieue de Stockholm, appelée « Hope in Jarva ». Il est également entrepreneur social et soutient des entreprises en Ouganda, au Kenya et en Inde. On lui a récemment demandé d’être membre de l’équipe d’expansion internationale de l’Économie pour le bien commun et de GNH (Gross National Happiness) Sweden. Il est également l’auteur d’un livre intitulé « Surging Beyond the Bottom Line - Insights into a Successful Integral Enterprise ». Il a co-écrit plusieurs autres livres, y compris « A Holistic Approach to Education » avec V.R. Purnatva. Il a co-developpé les conférences Confiance et intégrité dans une économie mondialisée des sept dernières années, et fait partie de l’équipe principale dont l’objectif est de transformer cette conférence en un programme disponible toute l’année. Plus récemment, il a commencé à travailler dans le cadre d’un projet financé par l’Union européenne, « Migrant-e-s et réfugié-e-s face à la reconstruction », qui vise à renforcer les compétences des éducateurs et des éducatrices adultes en Suède, en Turquie, en Espagne et au Royaume-Uni, afin qu’ils soient plus efficaces dans leur travail auprès des migrant-e-s et des réfugié-e-s. 

Catalina Quiroz (doctorat en cours) coordonne et travaille depuis plus de 25 ans à l’Institut des affaires culturelles et avec Initiatives et Changement UK sur des projets éducationnels, en particulier dans le domaine du renforcement des capacités, du changement organisationnel, des processus de prise de décisions participatifs et du leadership éthique. Elle est actuellement chercheuse invitée (Social & Solidarity Economy) et membre du Groupe de développement de l’innovation sociale à l’Université St. John de York. Elle co-dirige également, avec des organisations d’Espagne, de la Suède et de la Turquie, un projet de partenariat stratégique Erasmus+, appelé « Entrepreneurs transfrontaliers interculturels et sociaux », avec Initiatives et Changement UK comme partenaire principal. Son but est d’améliorer l’expérience d’enseignement des éducateurs et éducatrices adultes travaillant avec des migrant-es et des réfugié-es de la Corne de l’Afrique, du Maghreb et du Moyen-Orient, afin qu’ils puissent devenir des entrepreneurs sociaux au sein de leurs communautés hôtes et reconstruire leurs communautés d’origine. Dans le cadre de ses études de doctorat à l’Open University espagnole (UNED), elle fait des recherches sur le rôle de l’économie sociale et solidaire comme modèle économique potentiel permettant d’atteindre les objectifs de développement durable de l’Agenda 2030. Ces dix dernières années, elle a dirigé des équipes Erasmus multidisciplinaires et collaboratives transnationales. Son travail est centré sur l’innovation dans les méthodologies d’enseignement dans le domaine de l’éducation formelle et informelle. Elle s’intéresse au développement de compétences basées sur des valeurs pour les éducateurs et éducatrices travaillant dans les domaines de l’économie sociale et solidaire, l’interculturalité et la lutte contre la discrimination. Son travail a reçu le soutien et le financement d’Erasmus+ et du Commonwealth Education Hub (Hub éducationnel du Commonwealth).

Emel Topçu vit depuis plus de 15 ans en Allemagne et s’est spécialisée dans les thématiques des réfugiés syriens, du bénévolat, de l’éducation des adultes, des droits de la personne en général et de la femme en particulier, des relations entre minorités et sociétés majoritaires, du multiculturalisme et de l’intégration des migrants dans les sociétés européennes. Elle est l’auteur de nombreux articles et a conduit des travaux de recherche, donné des formations et apporté son expertise en tant que consultante aussi bien dans l’UE qu’au-delà de ses frontières. Elle a notamment collaboré avec des programmes du Conseil de l’Europe, comme le projet Democratic Citizenship and Human Rights Education Project, qui, en partenariat avec le ministère turque de l’éducation, vise à promouvoir une société plus démocratique en Turquie en renforçant la citoyenneté démocratique et l’éducation aux droits de la personne. Ses activités de recherche se concentrent actuellement sur l’impact de l’afflux de réfugiés syriens en Turquie sur la cohésion sociale et les communautés.

addressing_europes_unfinished_business

X