Intervenant-e-s
Pour relancer une Europe inachevée 2017

Intervenant-e-s 2017

Jo Berry (Angleterre)

Seize ans après que son père ait été tué par une bombe de l’IRA, Jo Berry a rencontré l'homme qui en était responsable, Pat Magee. Cette première rencontre de trois heures les a amenés à se rencontrer et à discuter plus de cent cinquante fois, sur une plate-forme partagée, pour apporter un message de compréhension et de paix. Jo pense que l'empathie est la plus grande arme dont nous disposons afin de mettre fin aux conflits. Avec les divisions politiques, religieuses et raciales de plus en plus profondes à mesure que les événements mondiaux et locaux se déroulent, ses paroles offrent un message d'espoir et nous encouragent à voir l'humanité dans l’autre. Elle a fondé une association intitulée « Construire des ponts pour la paix » qui vise à résoudre les conflits dans le monde entier. Jo est souvent invitée à intervenir lors de conférences ou séminaires internationaux sur les thèmes de l'aide humanitaire, la résolution des conflits et les droits de l'homme. C’est une facilitatrice formée au partage d’histoires, à la transformation des conflits et à la justice réparatrice. Elle a travaillé avec Pat Magee dans des zones de conflit, dont le Liban, le Rwanda, l'Irlande, la Palestine et Israël ainsi que dans tout le Royaume-Uni. Elle s’est exprimée dans de nombreux endroits dans tout le pays et a fait partie de panels et de forums de discussion à la radio et la télévision. Jo est actuellement en train d'écrire un livre et elle vient tout juste d’être nommée professeur invité à l'Université de Nottingham.

 

Jo Berry and Pat MageeDr Patrick Magee (Irlande du Nord)

Patrick Magee (photo: à gauche avec Jo Berry) a été libéré de prison en 1999 conformément à l’Accord du Vendredi saint. En prison, il a passé un doctorat sur la représentation des républicains irlandais dans la fiction dites « Troubles ». Pendant 27 ans, il a été un membre engagé de l'IRA et demeure un républicain. En novembre 2000, il a accepté de rencontrer Jo Berry, dont le père avait été tué avec quatre autres personnes dans l'attaque de l'IRA contre le Grand Hôtel de Brighton en 1984. Depuis lors, ils se sont rencontrés plus de 150 fois, au Royaume-Uni, en Irlande du Nord et à l'étranger. Bien que Pat porte le fardeau de savoir qu'il a causé à Jo une blessure profonde, ils continuent à explorer leur humanité commune, reconnaissant que la guerre prive les combattants de leur part d’humanité, de leur capacité à ressentir de l’empathie et ainsi de percevoir le monde à travers les yeux de l’autre.

 

Celia DemoorCelia Demoor (France)

Celia Demoor a entamé récemment sa carrière en tant que travailleur pour la paix et contre les conflits. Après avoir complété sa maîtrise en études de paix, conflits et développement, elle a décidé de retourner dans sa communauté dans le nord de la France. Ses multiples expériences à l'étranger ont façonné sa conscience politique et sa sensibilité culturelle. Elle enseigne maintenant l'anglais, l'interculturalité et l'engagement civique à l'Université de Lille. Elle est également fondatrice et présidente de DEEP France, membre du Réseau international DEEP (Dialogue, engagement empathique et consolidation de la paix), un réseau mondial de praticiens de la paix. Ses recherches et son orientation professionnelle se concentrent sur la migration, le post colonialisme et le dialogue interculturel. Elle a l'intention de faire un doctorat dans ce domaine dans un proche avenir

 

Dr Brahim Hammouche (France)

Arrivé d’Algérie (Kabylie) en France en 1973, Dr Brahim Hammouche a toujours vécu en Lorraine. Il habite dans une région fortement frappée par la crise de la sidérurgie, par le chômage. Il est donc sensible aux questions posées par le forum concernant l’Europe. Marié et père de trois enfants, il est médecin spécialisé en psychiatrie et en gériatrie. Il participe activement à la Fédération de la Ligue des Droits de l’Homme de Moselle, est membre du Conseil départemental de Moselle ; il est actuellement candidat aux élections législatives en France. En politique, il s’inspire de cette phrase de Jean Monnet : « Ce qui est important, ce n’est, ni d’être optimiste ni pessimiste, mais d’être déterminé » Il cherche un partage transgénérationnel en associant les jeunes talents et l’expérience des aînés.

 

Dr Abderrahmane Hedjoudje (France)

Dr Abderrahmane Hedjoudje (MD/MSE) est un radiologue et chercheur en biomédecine. Entrepreneur social par ailleurs, il est le président de The Créa’ Team Factory, une association qui promeut la culture et l’accès au savoir pour le grand public. Il est l’auteur de plusieurs projets audiovisuels, dont le documentaire « Les Musulmans californiens » pour lequel il a reçu un prix. Son ambition est d’associer science, culture et technologie pour rendre l’éducation et le divertissement éducatif (« edutainment ») plus créatifs et inspirants.

 

 

Olga KashkarovaOlena Kashkarova  (Ukraine)

Olena Kashkarova est une Ukrainienne née dans une famille d’origine russe. Elle s’est impliquée dès 2001 dans Initiatives et Changement, en participant au programme Foundations for Freedom (Fondations pour la Liberté) en Europe de l'Est. Elle s’est ensuite investie dans d’autres projets, qui l’ont conduite en Europe, en Asie du Sud-Est, en Amérique latine et aux États-Unis. Pendant trois ans, elle s’est notamment occupée du développement d’une plateforme de formation et d’une maison communautaire à Baranivka, un village du centre de l’Ukraine. Sa principale mission est d’encourager le dialogue entre des personnes aux origines et aux opinions politiques différentes. En Ukraine plus particulièrement, elle a ainsi contribué à l’instauration d’un dialogue dans le cadre de Healing the Past (Guérir le passé), projet qui montre comment les conflits déchirant la société ukrainienne trouvent leurs racines dans les différentes interprétations de l'histoire nationale. Pendant la révolution de Maidan en 2013 – 2014, Olena a également facilité la mise en place d’un dialogue entre des personnes dont les opinions politiques divergeaient. Elle a également travaillé pour le Programme des Nations Unies pour le développement en tant que spécialiste de la réconciliation. Aujourd’hui, elle étudie la communication non violente et s’intéresse aux techniques de personnification pour développer une approche intégrale du dialogue. Enfin, Olga fait partie du réseau d’intervenants de Foundations for Freedom.

 

 

caux_green

X