Dépasser la haine, construire la paix
Lundi, novembre 14, 2011

Un nouveau livre de témoignages de paix dans la région des Grands Lacs africains a été lancé à Genève. Angelo Barampama, membre du conseil de la fondation CAUX-Initiatives et Changement fait partie du projet.

Cover of a book of experiences from the African Great Lakes region, including the story of Angelo Barampama, now a member of the Swiss Caux Foundation.
Cover of a book of experiences from the African Great Lakes region, including the story of Angelo Barampama, now a member of the Swiss Caux Foundation.

 Angelo Barampama est burundais et suisse. Né en 1948 à Kanyonga, au centre du Burundi, il est docteur en géographie de l’Université de Lausanne et diplômé en études du développement (IUED, Genève). Marié et père de trois enfants, il est actuellement chargé de cours à l’Université de Genève et professeur au Collège de Genève – et membre du Conseil de la Fondation CAUX-Initiatives et Changement.

Son témoignage fait partie d’un nouveau livre, lancé à Genève à la mi-novembre : « Dépasser la haine, construire la paix ». Selon les éditeurs, « Un livre courageux et nécessaire, destiné à faire connaître des témoignages de paix de la région des Grands Lacs africains ». Le projet a rassemblé des acteurs de paix de tous bords et les a invités à raconter leur action en faveur du vivre ensemble. M. Barampama, qui vit en Suisse depuis 1974, est engagé dans différentes initiatives en faveur de la paix et du développement dans sa région d’origine.

Durant son intervention, Angelo Barampama a d’abord rendu hommage à Justin Kahamaile, initiateur du réseau « Initiative de Genève pour la paix dans les Grands Lacs » en 2003 et, en 2007, du projet du livre mais qui entre temps a quitté ce monde. Il a rappelé que Justin était un visionnaire, à la manière des pères fondateurs de l’Europe. « Il leur a fallu beaucoup de perspicacité, de détermination et de courage. Il en va de même, à mon avis, pour quiconque veut apporter sa contribution au (re)construction de l’Afrique aujourd’hui », a-t-il relevé.

Après avoir brièvement rappelé les drames qu’il a traversés lors des massacres de 1972 et après, sa fuite et son accueil en Suisse, M. Barampama a relevé que, s’il a pu résisté à la haine, c’est entre autres grâce au fondement de sa culture d’origine – dont la valeur d’Ubuntu - sa formation et les divers regards créateurs de frères et de sœurs en humanité qu’il a trouvés sur sa route, au Burundi comme en Suisse.

Un projet multimédia

Pour le livre, outre les témoins des Grands Lacs, deux artistes suisses, la dramaturge Sandra Korol, qui a donné un témoignage personnel émouvant, et le photographe Serge Boulaz, ont également fait le voyage dans les Grands Lacs. A partir des rencontres avec ces femmes et ces hommes, artisans de changement, ils partagent, à leur tour, leur expérience de cette région ravagée mais en reconstruction. « Ces étincelles d’humanité apportent une réflexion de portée universelle sur l’émergence de la résistance et du pardon en temps de crise, » ajoutent les éditeurs.

Jérôme Strobel, un des directeurs du projet, a salué lors du lancement les personnes « qui ont su résister à la tentation du mal, et de la vengeance, et chez qui il y a eu un déclic d’humanité.» Il a rappelé que les questions de génocide nous concernent tous et dépassent les frontières ; et que ces témoignages sont aussi pertinents pour d’autres situations de conflits.

Plus d’informations sur le projet d’Initiatives et Changement pour la réconciliation au Burundi et dans la région des Grands Lacs.

Coédité et diffusé par : Editions d’en bas, Editions Couleur Livres, Editions Charles Leopold Mayer, COTMEC, Eirene Suisse. Bulletin de commande. Prix : 23€, 35CHF.